Winterhouse hôtel est un roman jeunesse sympathique à l’ambiance mystérieuse, façon jeu de piste fantastique : de quoi faire frissonner les jeunes comme les moins jeunes !

 

Envoyée à l’hôtel Winterhouse pour les vacances de Noël, Elizabeth n’en croit pas ses yeux. Loin du lieu sordide qu’elle avait imaginé, Winterhouse est un hôtel fabuleux niché au beau milieu des montagnes. Et la surprise ne s’arrête pas là, car l’hôtel cache bien des mystères sous sa surface dorée. Au programme des vacances : un secret de famille enfoui, un livre magique et une chasse au trésor. Bienvenue à Winterhouse !

 

J’ai beaucoup aimé le décor de Winterhouse hôtel. Cette immense bâtisse aux innombrables pièces et couloirs est nichée dans une vallée enneigée plantée de sapins, entre les montagnes, au bord d’un grand lac. De quoi nous donner envie d’y passer des vacances, et plus si affinités.

L’auteur déroule donc pour son histoire une jolie toile de fond. Le scénario est imaginé comme un jeu de piste, au cours duquel les protagonistes découvrent petit à petit les indices nécessaires à la résolution du mystère. Et ça fonctionne très bien : le suspense est au rendez-vous tout au long du livre ! Anagrammes, messages codés et autres jeux de mots ponctuent également le récit : félicitations à la traductrice pour l’imposant travail qu’a probablement demandé cette retranscription minutieuse !

Vient s’ajouter une touche de fantastique amenée au fur et à mesure, assez classique mais qui fonctionne très bien : fantômes et magie trouvent parfaitement leur place entre les pierres de Winterhouse hôtel.

Les personnages manquent d’originalité, mais restent néanmoins sympathiques.

J’ai été un peu agacée par l’archétype de l’héroïne Elizabeth : la jeune fille est orpheline et habite chez son oncle et sa tante, aussi incultes que détestables. Elle-même se montre très cultivée et férue de littérature mais n’a pas d’amis en raison de son trop grand décalage. C’est du vu et revu, et c’est un peu dommage car Elizabeth y perd en profondeur psychologique.

Les autres personnages sont secondaires, et j’ai trouvé que leur développement était un peu fade ; ils restent cependant crédibles dans leur rôle.

J’ai par ailleurs été un un peu déçue par les illustrations. Mise à part la jolie couverture, on sent un peu trop l’informatique derrière, et ça manque de fantaisie comparé à l’atmosphère du roman.

 

Winterhouse Hôtel a donc été une agréable lecture jeunesse, qui, malgré ses quelques défauts, plaira sans doute aux amateurs de mystère, de jeux de pistes et de mots.

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *