Les rats dans les murs marque la suite de mes incursions en territoires lovecraftiens. J’ai beaucoup apprécié de frissonner à la lecture de cette novella.

En 1923, l’héritier des de La Poer entend réinvestir le prieuré d’Exham, une demeure familiale longtemps abandonnée. Située au sommet d’une falaise surplombant la vallée et drainant les superstitions les plus obscures, la bâtisse semble cristalliser la malédiction qui pèse depuis toujours sur la longue lignée des de La Poer. Après l’avoir entièrement restauré, son nouveau propriétaire espère réhabiliter le majestueux édifice. Mais ses projets vont soudain être ébranlés par d’étranges événements : et si le prieuré était en réalité bâti sur des fondations infestées par les rats et hantées par d’antiques civilisations ?

Ce récit captivant ne manque pas de suspense. Il est porté par un style poétique et gothique, qui sert parfaitement l’histoire. Une fois de plus, la traduction est à la hauteur.

Le scénario mêle des éléments historiques à un suspense fantastique, ce qui le rend particulièrement crédible.

Le récit se déroule entre les murs d’un ancien prieuré, où s’installe l’héritier des de La Poer. L’auteur nous décrit les lieux avec une précision minutieuse : on s’y croirait. Cet ancrage très réaliste est sans aucun doute ce qui fait la puissance des récits de Lovecraft. Le souci des détails se glisse jusque dans les pierres et les légendes du bâtiment, si bien que tout au long de la lecture, on s’immerge au prieuré d’Exham.

L’apparition du fantastique n’en est que plus déroutante et crédible. Elle s’installe par petites touches, hésitante d’abord avant d’envahir insidieusement les lieux et les pages. L’incertitude monte au fur et à mesure du récit et nous tient en haleine jusqu’à la chute (et même après).

 

Là encore, les illustrations d’Armel Gaulme font merveille et renforcent, de par leur réalisme, la crédibilité de l’histoire.

Les rats dans les murs est donc un excellent récit fantastique, à travers lequel j’ai pris plaisir à (re)découvrir Lovecraft.

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *