Le 7 février au Zénith se déroulait un concert pour le moins éclectique : Amaranthe, Apocalyptica et Sabaton sont venus jouer sur scène !

AMARANTHE

Amaranthe ouvre les hostilités devant un public déjà très nombreux. Comme à leur habitude ils distillent leur pop-metal avec énergie et les trois vocalistes rivalisent de talent sur scène. Bien que tournant désormais essentiellement autour d’Elyze Ryd, le groupe parvient tout de même à satisfaire ses fans et ceux-ci se font bien entendre dans ce Zénith qui devient de plus en plus plein au fil des minutes. Alors on pense ce que l’on veut de la musique du groupe, mais en ouverture d’un concert ils savent ce qu’ils font.

APOCALYPTICA

Et c’est au tour d’Apocalyptica d’entrer en scène. Une fois de plus, le quatuor se montre à la hauteur.

Certes, leur style de musique détonne un peu avec la pop métal d’Amaranthe et le power de Sabaton, mais je les écoute toujours avec autant de plaisir.

Le groupe a la particularité d’interpréter tous ses morceaux au violoncelle : sur scène, trois violoncellistes se partagent l’espace avec un batteur. Célèbres reprises ou compositions originales résonnent donc au son des instruments à cordes. Pour autant, si certains titres en ressortent un peu mélancoliques, d’autres sont beaucoup plus énergiques, un aspect que renforce encore la batterie.

Apocalyptica invite même la chanteuse d’Amaranthe à reprendre certains de leurs titres. Celle-ci se défend plutôt bien mais à mon sens, sa voix ne dégage pas autant d’émotion que celle de l’interprète original. Le quatuor titre sa révérence avec sa très célèbre reprise de Nothing Else Matters (Metallica) : pour l’occasion, les spectateurs font danser dans le noir la lumière de leur portable.

SABATON

Sabaton prend enfin place sur la scène du Zénith. Ce groupe de power métal suédois propose des textes qui racontent les grandes guerres de l’histoire avec énergie et réalisme. Forts de leur dernier album, Sabaton a mis en place un show magistral pour cette nouvelle tournée. À notre arrivée dans la salle, une partie du décors est posée : de grands fils de fer barbelés parcourent la scène sur toute sa longueur.

Dès le lever de rideau du groupe, d’autres éléments se dévoilent : un tank immense, et même un petit avion. Les festivités commencent avec le premier titre : des gerbes d’étincelles explosent dans un bruit de canons. Comme à leur habitude, les suédois nous offrent une excellente performance : les musiciens sont très bons, et le chanteur montre une maîtrise vocale impressionnante. Ses interprétations sont très énergiques, et l’attitude du public s’en ressent. Les intervalles entre les morceaux sont ponctués d’humour et d’anecdotes, de quoi ravir les fans.

Les violoncellistes d’Apocalyptica viendront même jouer de leurs cordes sur quelques chansons. Leur performance n’a, à mon sens, pas été assez  exploitée : je pense qu’il aurait été vraiment intéressant de réécrire certains titres de Sabaton en mêlant le power de l’un et les violoncelles de l’autre, mais Apocalyptica se contente ici de coller aux morceaux de leurs hôtes. J’ai malgré tout passé un agréable moment. Les suédois nous offrent donc, une fois de plus, une performance impeccable : mélangeant titres du nouvel album et chansons cultes, ils nous ont fait passer un excellent moment.

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.