Les français de Chemical Sweet Kid sont de retour avec un cinquième album de metal indus gothique à souhaits : Fear Never Dies. Et ils nous gâtent avec un album d’une heure et de seize pistes ! Entrez donc avec moi dans leur univers, vous pourriez être séduits !

On parlait de gothique ? Eh bien la petite musique inquiétante de boite à musique de Shall We Begin, accompagnée de voix tout aussi terrifiantes nous mets dans l’ambiance. Puis le début en fanfare de Lost Paradise, avec la présence à la batterie de Marcus Engel, vient nous plonger dans une ambiance digne des meilleurs groupes allemands du genre. Bien entendu on pense à Rammstein mais pas que, d’autres groupes tels Combichrist semblent aussi faire partie de leurs références. En tous cas c’est rythmé, terriblement prenant et la voix de Julien Kidam se pose sur le son électronique avec talent.

Et tout l’album est clairement à l’avenant, mêlant intelligemment metal gothique et indus pour proposer à la fois des ambiances sombres et inquiétantes tout en préservant des mélodies prenantes. On peut par exemple citer Dance With The Shadows qui nous propose une électro très énergique et rythmée. On s’imagine bien danser dans une salle obscure, accompagnés de personnages étranges et terrifiants. Il y a clairement un côté jouissif dans leur musique et The Way It Is en est un bel exemple. C’est saccadé, mais l’ensemble de la musique et la voix viennent nous plonger dans l’univers du groupe. Et si je devais citer ma chanson préférée il s’agirait de The Fire Within qui nous propose un environnement alternant entre le gothique et l’industriel pure. Une belle réussite ! L’album se conclue sur les remix de Light Out par Agonoize et de Lost Paradise par Nachtmahr

Très clairement ce Fear Never Dies démontre que le metal indus à la française n’a rien à envier à nos voisins allemands. Entre des groupes comme Shaarghot ou Punish Yourself la scène se porte clairement bien et c’est plaisant à voir ! En tous cas laissez-vous aller à écouter cet album car la qualité et le talent en débordent à chaque seconde !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *