Le groupe norvégien Cadaver a une histoire compliquée. Fondé en 1988 à Räder, il est le premier groupe de metal norvégien à sortir un album. Ils se séparent en 1992, puis le groupe se reforme autour du bassiste (avec d’autres membres) en 1999, avant de nouveau d’exploser en 2004. Et c’est de nouveau Anders Odden, le bassiste, qui ressuscite le groupe en 2019, en duo avec Dirk Verbeuren à la batterie. De cette refondation naît un EP de Death technique, D.A.G.F. Vous voulez du death old school ? Alors vous allez être servis !

D.G.A.F. ouvre les hostilités et le moins que l’on puisse dire c’est que les musiciens n’ont rien perdu e leur technicité. OK, c’est du death old school mais bordel ils savent gérer ! Accompagnés de Jeff Walker ils nous proposent une piste énergique, complexe, avec de vrais riffs bien sentis. C’est ensuite Deformed Insanity qui vient résonner dans nos oreilles. Riff de guiatre entêtant, puissance à tous les étages, rien à redire. Clairement ces « papys du death » savent faire le boulot, c’est le moins que l’on puisse dire. Et on termine avec Disgrace qui propose un son plus lourd, plus intense, avant les inévitables accélérations du death. Très très bon de nouveau.

Cadaver est donc de retour avec un nouvel EP qui malgré sa qualité laisse tout de même un goût de trop peu. Trois pistes seulement pour de D.G.A.F. qui même s’il est excellent ne dure au final que onze petites minutes malheureusement.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *