The Witcher a connu le succès sur tous les supports : romans, jeux-vidéo, de cartes et de plateau, série télévisée. Il ne manquait au final qu’une version illustrée des aventures de Geralt de Riv, et Bragelonne nous l’offre de belle manière avec cet album.

Cet album illustre la nouvelle inaugurale issue du Dernier Vœu, premier tome de la saga littéraire du Le Sorceleur.

Quand Geralt de Riv franchit les portes de la cité de Wyzima, c’est pour répondre à cet appel placardé partout dans le royaume : on offre 3 000 orins à qui désenvoûtera la fille du roi Foltest. Car si la princesse est morte le jour de sa naissance, voilà une dizaine d’années que, transformée en strige, elle sort de son caveau les nuits de pleine lune pour se repaître du sang des pauvres hères. Avant Geralt, nombre de savants, d’ermites, de pâtres, de chevaliers et autres sorceleurs ont tenté de relever ce défi. Tous ont échoué. Outre cette mission délicate, Geralt de Riv devra aussi déjouer les intrigues des dignitaires de Wyzima. Dans le monde du Sorceleur, la fourberie et l’ambition des hommes ne connaissent pas de limites.

Le texte de ce titre est finalement assez connu car correspondant à la toute première nouvelle du recueil Le Dernier Vœu, qui pose les bases de l’univers du Sorceleur. Et nous allons donc avoir l’occasion de découvrir comment l’artiste Thimothée Montaigne a mis en peinture l’œuvre d’Andrzej Sapkowski.

Je ne vais pas forcément m’étendre sur la nouvelle, au pitch bien connu et ayant servi dans toutes les adaptations de l’univers. Il s’agit clairement de l’un des textes fondateurs et les plus emblématiques de ce qu’est le Sorceleur pour les lecteurs. On retrouve donc Geralt de Riv qui doit sauver la fille du roi Foltest, le tout face à un monstre des plus terrifiants. La fantasy sombre et efficace qui nous est proposée fonctionne de bout en bout et vient s’ancrer parfaitement dans les images du livre.

Car au final la véritable innovation de ce livre réside bel et bien les nombreuses illustrations couleur, comme des tableaux. Thimothée Montaigne nous propose différentes scènes magnifiquement illustrées, qui viennent sous nos yeux nous faire vivre l’action. Au contraire d’une bande-dessinée le lecteur ne va pas voir l’action se dérouler sous ses yeux mais va pouvoir s’immerger totalement dans les salles sombres que le Sorceleur parcourt, voir les personnages avec lesquels il parle. Cela donne réellement une autre dimension à l’ensemble, ce qui est à mon sens une excellente chose.

Avec ce livre illustré, très grand format Bragelonne a vraiment su me surprendre. Je craignais qu’il ne s’agisse que d’une nouvelle édition de la nouvelle avec quelques petites illustrations, échangée à prix d’or auprès du libraire, mais il n’en est rien. Un véritable travail artistique a été mis en place, accompagné d’un travail éditorial de mise en valeur aussi bien du texte que de l’image. Du très bon travail à tous les niveaux, les fans de l’univers, dont je fais partie, vont adorer !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.