Bonjour ! Aujourd’hui, on se retrouve pour parler de La porte de l’Enfer, le tome 2 de la Guerre de démons, écrit par Raymond E. Feist.

Le conclave des Ombres est dévasté. Il a payé un bien lourd tribut pour repousser les monstres qui menaçaient Midkemia. Mais le deuil devra attendre, car dans une forteresse abandonnée au sein de la vallée des Hommes Perdus, le mal gronde. Belasco, le magicien diabolique, sème la terreur. Dans quel but ? L’odieux chaos qu’il a créé n’est-il pas qu’une diversion ? Pour espérer sauver Midkemia, le Conclave doit réunir les siens et découvrir ce que Belasco essaye de dissimuler.

C’est donc avec une grande impatience que nous retrouvons Pug et ses comparses, afin de savoir comment ils vont s’en sortir. Souvenez-vous : le groupe avait connu une perte tragique à la fin du premier tome et la situation semblait très compliquée. Les Taredhels s’étaient révélés être des personnages… particuliers et pas forcément des alliés dans cette guerre sans merci.

Si cela semble prometteur sur le papier, j’ai toutefois ressenti une certaine lassitude pendant la lecture. Non pas à cause de l’histoire qui se déroule tranquillement, avec le style toujours très appréciable de l’auteur, mais à cause des personnages. J’ai eu l’impression qu’ils tournaient en rond. A la moitié du livre, ils n’avaient pas grandement évolué, ce qui est un peu dommage.

Néanmoins, on retrouve le coté épique. Belasco est un antagoniste qui n’est clairement pas là pour jouer aux billes et la menace des démons s’accentuent de plus en plus, surtout au fur et à mesure que les personnages découvrent des choses à leur sujet. Alors malgré de petites lenteurs et l’envie parfois de voir les protagonistes se secouer, on poursuit le récit, en se demandant si tout le monde va sortir vivant de ce pétrin. Les Taredhels sont plus développés et il est plus facile de les cerner que dans le premier tome. Personnellement, j’ai eu plus d’intérêt pour les deux frères que dans La Légion de la Terreur (peut-être parce qu’ils comprennent qu’ils ne peuvent pas arriver sur un monde et le dominer en un claquement de doigts).

Ce tome représente bien une conclusion à cette aventure, ça aurait sûrement été une erreur d’en faire un troisième. Je pense que si ça fait un moment que vous lisez du Raymond E. Feist, vous aurez la même impression de stagnation, alors que si vous découvrez cet univers, ce restera un très bon roman pour vous !

Chloé Cloison

Chloé Cloison

Tombée dans la lecture depuis toute petite, j’ai grandi au milieu de ces multiples univers. J’ai toujours eu un goût prononcé pour le fantastique et la fantasy, qui s’est développé au fil des années. Je me suis cependant ouverte sur d’autres styles, tels que la science-fiction et l’horreur. J’ai finalement fait de cet amour pour la langue mon métier en devenant traductrice. Et ça donne une bonne excuse pour rester vautrée pendant des heures sur un canapé/lit/fauteuil à dévorer un livre (et des cookies faits maison).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *