L’Ascension de Thanos – Lucky Duck Games

Ah… Marvel, son multivers, Thanos (et sa philosophie bien à lui), les Pierres d’Infinité, tout ça… Il faudrait vraiment avoir vécu dans une grotte ces 10 dernières années pour ne pas connaître, au moins un peu, tout cette histoire. Comme toute bonne licence qui se respecte, l’univers Marvel est décliné partout. Y compris dans le jeu. Alors, ici, on a quoi ? « Encore » un jeu estampillé Marvel qui s’oublie aussi vite que joué, ou pas ?

Moi je trouve qu’elle claque bien, cette figurine 😉

Premier constat : lorsqu’on ouvre la boîte, il y a du matériel !

Globalement, ce dernier est très bon, à une exception, peut-être : les cartes. Même si elle sont plastifiées, elles sont plutôt fines et s’avèrent relativement fragiles. À manipuler avec précautions, donc, afin de ne pas abîmer le jeu.

Pour le reste, pas grand chose à dire. La fig’ de Thanos est grande, lourde, et ne risque pas de tomber lorsqu’elle est manipulée en cours de jeu. Certains pourront trouver son esthétique un peu particulière, peut-être. Mais bon, je ne l’ai pour ma part pas trouvée déconnante du tout.

Le but du jeu, c’est quoi ?

Chacun des joueurs (de 2 à 4), compose son équipe de Super-Héros (en choisissant un « leader » de départ et la base correspondante), et ils doivent tous ensemble empêcher Thanos de récupérer les 6 pierres d’Infinité et de faire péter toue la galaxie (enfin, la moitié ^^).

Pour gagner, donc il faut réussir à vaincre les 10 vilains du deck avant que 6 Super-Héros aient été vaincus. Il est à noter que cette difficulté est ajustable. En effet, pour les premières partie, il est conseillé de n’avoir à vaincre que 7 des 10 vilains avant que 10 SH soient abattus.

Deuxième constat (et des plus agréables) :

Les règles s’assimilent en l’espace de 10 minutes à tout casser. C’est agréable de pouvoir vite se plonger dans le jeu sans avoir à parcourir des règles longues (et quelquefois alambiquées).

Même trop vite, d’ailleurs ^^.

La preuve, il y a 2 points qui nous ont échappé à la première lecture, et qui ont donc biaisé nos premières parties. Rien de grave, mais ça aurait peut-être mérité un poil plus de précision dans la rédaction. Je vous les donne histoire de clarifier le truc (après, c’est peut-être mon vieux cerveau qui a raté quelque chose, c’est aussi possible 😀 )

1/ Pour la première partie, on est partis sur 7 vilains à vaincre à la place de 10. Du coup, on n’en a mis que 7 dans le deck, alors qu’il aurait fallu mettre les 10 ET s’arrêter après que les 7 premiers ont été vaincus.

2/ après avoir choisi notre team et son chef, nous n’avions pas saisi qu’il fallait composer le deck avec TOUTES les cartes restantes (c’est à dire même celles des équipes que nous n’avions pas choisies), et non qu’avec celles de notre équipe.

C’est pas grand chose, mais ça nous avait échappé.

Il n’empêche que ça fait assez longtemps que nous n’avions pas pu nous mettre à jouer aussi vite après la lecture des règles d’un jeu. Elles sont simples, logiques, ce qui ouvre le jeu aux plus jeunes.

Ça tombe bien, on a 3 gamins fans de Marvel ^^

Au premier plan, la zone de déploiement des SH à recruter et des vilains. C’est aussi là que Thanos mets des pains :). En arrière plan, le plateau gant avec les pierres.

Comment joue-t-on ?

Pas compliqué. Un tour de jeu commence par Thanos, qui va entrer en action. 2 dés à lancer pour lui. Le premier va indiquer sur quelle pierre d’Infinité il va accroître son emprise. Une couleur, une pierre, un token. 5 tokens sur une même pierre ? Thanos en prend le contrôle, et s’ensuit un malus pour les joueurs.

Ensuite, il agit. Son dé spécifique indique son action. Soit il change de position (et de secteur), soit on relance le dé des pierres, ou soit il fait attaquer les vilains présents sur le plateau de déploiement. Dans tous les cas, c’est pas bon. Le plateau de déploiement est divisé en 3 zones où sont placés les SH et vilains qui arrivent. Lorsqu’il attaque, c’est sur une zone entière, pas juste sur un SH. Ca va donc vite, et ça fait mal.

C’est ensuite le tour des joueurs. Chacun dispose d’une réserve de dés de départ. Avec ces dés, le joueur va pouvoir recruter des Super-Héros ou mettre des baffes aux vilains sous les ordres de Thanos. Comment ça fonctionne ? Simplement 😉

Sur chaque carte SH/vilain, il y a un certain nombre de symboles. C’est la combinaison que doit obtenir le jouer avec ses dés pour permetre d’acquérir le SH – qui rejoint alors son équipe – ou de mettre une baffe au méchant. Si le SH est recruté, il rejoint la base du joueur, est soigné, et ses capacités propres viennent augmenter celles du joueur. Ces dernière sont TRÈS variées : lancer un dé en plus, changer le résultat d’un dé, soigner un ou plusieurs autres SH, jouer sur le contrôles des pierres d’infinité, etc.

Il est à note que les habitués du Signe des Anciens retrouveront une certaine similitude dans la mécanique avec celle de ce dernier jeu 🙂

Vous l’aurez compris, c’est là que le jeu prend tout son sel : composer LA bonne équipe dont les capacités combottent entre elles. C’est simple à comprendre et très jouissif à mettre en place.

En effet, si on se débrouille bien, on peut très vite avoir une team de bourrins qui vont balancer du lourd (comme la team de Cap’, avec un Hulk qui, par exemple, tape de plus en plus fort plus il est blessé) ou encore avoir une équipte de healers qui va bien (avec Doc’ Strange, par exemple).

Sachant qu’il est également possible de mixer tout ça pour avoir des équipes plus versatiles, vous aurez compris qu’en terme de rejouabilité, le jeu se pose là et qu’il y a moyen de s’amuser pendant un bon bout de temps !

Les vilains ne sont pas non plus en reste, avec chacun des capas bien spécifiques qui vont se déclencher sur ordre de Thanos, ce qui équilibre pas mal les camps. Et sachant qu’il faut faire en sorte de ne pas perdre trop de héros, il va falloir trouver le juste milieu entre mettre des baffes, soigner les héros, les recruter, et contrôler l’emprise de Thanos sur les pierres d’Infinité. Ouip, c’est le bordel !

Mais un bordel jouissif 🙂

L’ascension de Thanos propose donc un très bon coop’ : rejouable, facile de prise en main, pas trop long, abordable par (presque) tout le monde, avec un thème qui – forcément – va parler à beaucoup de monde 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *