Après avoir écrit de nombreux romans young adult de fantasy, Leigh Bardugo s’essaye ici au roman fantastique adulte. Alors oui, les compliments de Stephen King sur cet ouvrage peuvent en tenter certains. D’autres y seront attirés par les avertissements nous alertant sur la violence, le sexe, la drogue, j’en passe, mais cet aspect est trop surfait. Non, il faut entrer en lecture en ayant pleinement conscience qu’il s’agit d’un roman fantastique qui fascine, car il tourne autour de sociétés secrètes et d’un crime… à travers le temps.

L’incursion envoûtante de Leigh Bardugo dans le fantastique adulte. Une histoire de pouvoir, de privilèges, de magie noire et de meurtre au cœur des sociétés secrètes de l’université Yale.

Alex « Galaxy » Stern a vécu une adolescence chaotique. Élevée à Los Angeles par une mère hippie, elle a abandonné l’école très jeune pour se retrouver dans un monde sombre, violent et sans avenir.

À 20 ans, elle est la seule survivante d’un horrible massacre inexpliqué, et c’est sur son lit d’hôpital qu’elle se voit offrir une seconde chance : rejoindre la prestigieuse université Yale en intégrant la maison Léthé. Cette entité, appelée La Neuvième Maison, surveille les huit sociétés secrètes de Yale ; ces dernières forment les futurs décideurs ainsi que les personnes influentes et pratiquent la magie sous différentes formes, bien souvent sinistres et dangereuses.

Alex a été choisie, car elle possède un pouvoir rare et mystérieux : elle peut voir les fantômes. Alors que son mentor a disparu, elle va devoir enquêter sur le meurtre d’une jeune fille. Ce qu’elle va découvrir va bien au-delà de l’horreur…

Ainsi, la trame narrative nous fait avancer et nous ramène dans le passé des différents protagonistes pour nous amener à éprouver de l’empathie pour ces héros peu ordinaires. C’est sous des noms de code que se reconnaissent les membres de La Neuvième Maison, le Léthé.

Ainsi Alex, le personnage principal, est Dante. Elle doit veiller à ce que les autres maisons du campus de Yale ne déchirent le Voile, cette fine membrane qui sépare l’univers des vivants de celui des monstres qui se terrent dans les enfers. Pour autant, cette mission commence déjà en empêchant les morts de venir troubler les différentes célébrations des maisons. Il convient de savoir qu’Alex a pour particularité de toujours avoir vu les morts parmi nous.

Elle n’est pas seule dans cette organisation. Darlington, celui qui occupa sa place avant de devenir son guide, est connu sous le nom de Virgile. Il a appris à Alex quelles postures tenir et surtout tout ce qui concerne les différentes forces occultes qui sévissent sur le campus. Enfin, il y a aussi Oculus, Dawes, qui se charge de toute la logistique du Léthé.

C’est sur le campus même de Yale, l’université de New Haven, que le corps d’une jeune femme est découvert. Alex va se rapprocher de Centurion, l’inspecteur Turner, pour en savoir plus sur cette affaire. Qui en est l’auteur ? Quelle maison se trouve derrière ? Pourquoi cette jeune femme et pourquoi dans le campus même ? C’est une enquête aux multiples rebondissements qui s’ouvre ici et qui va nous faire voyager dans le temps.

Avec La Neuvième Maison, Leigh Bardugo fait montre d’un réel talent de conteuse. Certes, il est assez difficile d’accrocher à cette histoire au début. Mais passé ce cap, le lecteur s’attache aux différents personnages et plonge avec délice dans les rites et les dangers qui pavent ce récit. Fantastique classique et horrifique, ce texte ne manque pas d’innovations ni de tensions multiples. Alex va devoir se forger un rôle dans ce monde universitaire si loin de sa réalité. Un éloge à l’adaptation et une allégorie de la richesse intérieure que chacun peut apporter à la société.

Chris

Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *