Accueil / Reports / Concerts / Hilight Tribe + M.O.K.O – Elysée Montmartre – 12/04/2019
Bannière Institut de la Musique

Hilight Tribe + M.O.K.O – Elysée Montmartre – 12/04/2019

Le 12 avril avait lieu, à l’Elysée Montmartre, un concert au genre musical que j’apprécie plutôt sans le connaître vraiment : l’électro transe.

M.O.K.O. ouvre cette soirée pour une première partie très convaincante. Composé d’une batteuse survoltée et d’un machiniste qui se déchaîne derrière sa console, ce duo nancéien met immédiatement le feu à la salle. L’ensemble mélange de nombreuses influences : un melting-pot musical intéressant. Dans la fosse, c’est Bienvenue à Zombieland : les spectateurs oscillent lentement de la tête au rythme des pulsations, tandis que sur scène plusieurs artistes viennent apporter leur contribution à M.O.K.O. et enrichir le show. Une première prise de contact plutôt sympathique donc, en ce qui me concerne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hilight Tribe, tête d’affiche de cette date, prend la suite. Ce groupe de transe français pose tout de suite le décor : en plus de la batterie, des djembés et un didgeridoo occupent l’espace. Je rentre immédiatement dans l’ambiance traditionnelle, presque chamanique qui se dégage de l’ensemble, et il ne me faut pas plus de quelques mesures pour hocher la tête en rythme. Dans la fosse, le public est en transe, et les musiciens n’en sont pas les seuls responsables : en trois chansons, j’ai dû inhaler l’équivalent d’une dizaine de pétards et je ne tarde pas à sentir ma tête tourner. Au vu du nuage qui s’élève rapidement au dessus de la salle, il ne s’agit pas de cas isolés.

C’est dommage, le concert était pourtant bien parti. Mais les fans du groupe n’ont visiblement aucun respect, ni pour les vigiles de l’Elysée Montmartre ni pour les quelques spectateurs innocents qui aimeraient profiter du spectacle sans terminer la soirée complètement défoncés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous quittons donc la salle après seulement quarante minutes de concert, incapables de tenir plus longtemps (ça sent le pétard jusque dans la rue).

Cette soirée m’a donc permis de découvrir deux groupes d’électro transe très sympathiques, en revanche je ne suis pas prête à retenter l’expérience de sitôt.

Eldricht Tales

A propos de NokomisM

Lisez aussi

Entretien avec Thomas et Olivier, du groupe Gohrgone

A l’occasion de la sortie de In Oculis, troisième opus de Gohrgone, j’ai pu échanger …

Dead Can Dance – David Kuckhermann – Le Grand Rex, Paris – 10/05/19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *