Samedi dernier était dédié à la Retrowave, les murs du Backstage ont tremblé au son des claviers, typés années 80 ! Une date annoncée Complet, signée Garmonbozia pour accueillir le duo américain tant apprécié, Dance With The Dead, sur la tournée de leur dernier album en date Loved to Death.
Mais avant de passer à ce duo de choc, c’est aux anglais du groupe Lebrock d’assurer la première partie…

LEBROCK

Habillés de bombers noirs, le chanteur semble déjà surexcité dès les premiers riffs du concert.

Le frontman n’a aucun mal à haranguer la foule déjà bien présente, il semble très à l’aise sur scène et avec son public. Il bouge énormément sur les planches du Backstage by the mill, faisant plusieurs aller-retour, il ne tient vraiment pas en place, nous offre quelques déhanchés autour de son pied de micro et n’hésite pas à faire participer la fosse dès qu’il en a l’occasion. Son guitariste, qui s’occupe également des claviers, semble un peu plus en retrait et un peu plus timide mais il ponctue ses parties rythmiques par des solos très bien exécutés.

Sur quelques rares morceaux, le chanteur utilise à son tour des claviers, au début, dos au public, mais il remédie vite à cela en le portant face à la fosse du Backstage by the mill comme s’il prenait son clavier comme une guitare. Le public est réactif sur le son de Lebrock, dansant et claquant des mains, il est conquis par le groupe. L’un des spectateurs scande même haut et fort « Your Band is awesome ! ».

Juste une petite chose que j’ai trouvé dommage, (mais c’est un parti pris), à la fin du dernier morceau, les solos de guitares sont samplés et le guitariste s’occupe uniquement de placer la rythmique.

En tous les cas, ce duo est vraiment très intéressant surtout que c’est assez rare dans ce milieu de compter un chanteur officiel parmi le line-up. La plupart du temps la musique est instrumentale. Or, Lebrock nous a prouvé sans la moindre difficulté, que la retrowave peut avoir un chanteur attitré et nous transporter très loin surtout quand ce dernier est aussi à l’aise sur scène et aussi bon vocalement.

DANCE WITH THE DEAD

Après un changement de plateau relativement rapide, c’est au tour de Dance With The Dead de monter sur scène.

La salle est dorénavant pleine à craquer. La tournée de Loved to Death était très attendue.

D’entrée de jeu, Dance With The Dead commence fort sur le titre « Go ! » en montant sur les marches pieds installés exprès pour eux au-devant de la scène.

Dès le début du concert, le public se met à pogoter, les deux guitaristes n’hésitent pas à faire quelques horns up à la fosse avant de reprendre sur les merveilleux solos et les parties rythmiques percutantes de Thrashers, l’un des titres culte du groupe. Derrière eux, l’écran projette plusieurs illustrations animées de leurs différents albums.  Le show des américains est carré, pro, le son est excellent (comme souvent dans cette salle) et le charisme qui se dégage des deux guitaristes est incontestable. Les transitions entre les morceaux sont ponctuées de passages narrés et de samples où l’on entend la pluie battre son plein. Le public chante à l’unissons les mélodies des hymnes de Dance With The Dead, de nombreux fans sont réunis pour accueillir les américains au Backstage by the mill. Je remarque d’ailleurs à plusieurs reprises le chanteur de Lebrock filmant Dance With The Dead avec son portable sur le côté de la scène, le sourire aux lèvres.

En ce qui me concerne, je suis ravie car la dernière fois que je les ai vu, le son n’était pas au rendez-vous, le groupe avait essuyé bons nombres de problèmes techniques. Cette fois, on les sent à l’aise sur scène et le son est vraiment excellent. Tony, le soliste, sortira même son portable pour filmer le public et prendre quelques photos.

En milieu de set, comme à la plupart de leurs concerts, la cover de Master of Puppets version Retrowave retentira sur les planches. Le headbang et les pogos battent leur plein au-devant de la scène. Après cette reprise, le duo reprends sur Invaders, titre très apprécié de l’album Near Dark, où encore une fois le public chantera les mélodies à coups de vocalises tout en continuant de pogoter.

Sur l’un des titres du set, les portraits animés d’Elsa Lanchester (l’actrice reconnue pour son merveilleux rôle dans La Fiancée de Frankenstein) sont projetés sur l’écran de scène du Backstage.

La fin du concert approche, Tony et Justin quittent la scène après le titre Robeast afin de souffler un peu avant le rappel.

Pendant ce temps-là, Michael, le chanteur de Lebrock remonte sur scène afin de prendre la température du public. Une véritable frénésie s’empare de ce dernier et à la surprise général, les membres de Dance with the Dead et de Lebrock se réunissent pour nous offrir une excellente cover de Mötley Crüe, Kickstart My Heart. Très bien chanté par le frontman de Lebrock, en équilibre sur les deux marches pieds des deux guitaristes de Dance with the Dead. Le guitariste de Lebrock semble cette fois bien plus à l’aise et lève les yeux de son manche de guitare, tout en bougeant et en interagissant avec le public. Ce featuring a fait plaisir à tout le monde et était vraiment très réussi. Le concert aurait pu se terminer sur cette excellent feat, mais le duo anglais quitte la scène pour la laisser de nouveau à Dance With the Dead, qui clôture cette belle soirée sur un titre de leur dernier album : Become Wrath.

Une sacrée belle soirée, pleine d’émotions, de partages entre les groupes et de morceaux vraiment excellents.
Merci à Garmonbozia pour ce beau concert !