American Tours Festival – Tours – du 05 au 07/07/2019

American Tours Festival, première journée : 

C’est à 19h que nous arrivons sur les lieux. déjà sur le parking, nous sommes directement plongés dans l’ambiance du festival en voyant les centaines de motos rangés dans un alignement parfait (nous apprendrons par la suite qu’il y a un deuxième parking motos de la même taille de l’autre cotés du site). 

Un coup d’oeil au plan nous permet de voir que le festival est composé de 3 halls à thème (Rock’n’Vintage, Sunset Club et Harlet Davidson), une scène principale “Main Stage”, une scène secondaire “Eastern stage”, un espace regroupant de nombreux véhicules anciens ou de collection, un village de restauration, un espace démonstration de rodéo, un camp cowboy/indien et un parquet de dance country. On y trouve également un stand permettant d’essayer des authentiques Harley Davidson (c’est d’ailleurs le partenaire de cette édition).

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dépaysement est rapide et total. Mais pas le temps de trop s’attarder, un premier concert commence à 19h avec The Chris Slade Timeline, début du set sur la Eastern Stage. Ce groupe a été formé par le batteur Chris Slade, connu pour avoir fait parti de Manfred Mann’s Eart Band, puis avoir été batteur de David Gilmour, et surtout pour avoir été membre d’ACDC de 1889 à 1994. C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons pu écouter des reprises fidèles de ses anciens groupes comme les légendaires Back In Black ou Thunderstruck accompagnées par la foule ravie de pouvoir chanter ces standards à pleine voix. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est à 20h que nous avons eu notre premier concert sur la scène principale. Le groupe canadien Road Hammers nous a offert un moment de rock, de country et de blues dans une ambiance sudiste collant parfaitement à l’ambiance générale du festival. Le frontman et sa voix incroyable dans les graves nous ont transportés rapidement dans les contrés désertiques du far west avec des titres s’inspirant des classiques des “trucker’s songs”. Les titres entrainants s’enchaînent comme Crazy about you, Mud ou I’m a road Hammer. On retiendra tout particulièrement le medley acoustique contenant Willin, une reprise comme Purple Rain et Take it Easy. Impossible de rester insensible à l’harmonie de ces trois voix d’homme avec une mention toute particulière à la voix grave et profonde du chanteur principal Jason McCoy (mutli-vainqueur du titre de chanteur country de l’année).

C’est à 22h que Scorpions arrive en scène. On a senti pendant l’attente que c’était clairement le groupe très attendu de la soirée. La foule, serrée, est prête au plus proche de la scène qui dispose d’une avancée en T prête à accueillir ces légendes du Rock. Sur les écrans géants dès le 2nd titre Make it Real (titre de leur dernier album), ils ont choisi d’afficher un énorme drapeau tricolore Français, créant une ovation très impressionnante du public présent. 

On se rappellera également du nombre impressionnant de guitare customisée. Certaine sont d’ailleurs très célèbre dans le groupe, comme la guitare Mercedes, la guitare avec son pot d’échappement qui fume, oui je vous assure ! C’est avec un plaisir non dissimulé que nous avons redécouvert les tubes du groupe comme The Zoo, Still Loving You, Holidays, Black out et bien d’autres… Sur Coast to Coast le chanteur passe même à la guitare rythmique pour mettre les deux autres guitaristes à l’honneur. On retiendra aussi le mur de Marshall en fond projeté sur les écrans géants pour que le groupe puisse nous présenter un meddley seventies de leurs titres. Scorpions nous présente un show avec des temps très variés comme un meddley acoustique, un morceau guitare/basse/batterie très riche en improvisation, des moments où c’est le public chante à leur place et même un remarquable solo de batterie où le musicien monte littéralement dans les airs …

Tease Me Please Me nous est resté personnellement pendant tout le reste de la soirée dans la tête, de part l’énergie folle de leur interprétation. Ils nous ont démontré encore de manière magistral qu’il mérite sa place dans les groupes de légende. Ce concert était la meilleur de façon pour clôturer cette première journée riche en émotion. 

 

Deuxième journée :

Pour ce 2ème jour nous arrivons en matinée pour découvrir le rodéo ainsi que la manière et la dextérité des cavaliers à rentrer ce troupeau dans leur parc ! Nous serons également retourné voir ce spectacle en début d’après-midi pour le rodéo ‘’BBRA” où des hommes sont prêt à monter sur le dos d’un taureau s’agitant très fortement (il faut dire que ces bêtes là n’aiment pas être prises pour un cheval). Le “cavalier” doit tenir 8 secondes sur son dos et c’est gagné. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vers midi, nous déambulons vers un groupe de reprise rock embarqué sur des vélos customisés Harley bien entendu, ambiance garanti, la foule n’hésite pas à s’approcher pour les admirer !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons pu découvrir Elefent en début d’après midi vers 13h30. Avec son Lap-steel et un cajon contrôlé au pied pour le kick, ce jeune chanteur nous a transporté dans les contrées arides du far west sans avoir besoin de prendre un billet d’avion. Il nous a fait une très belle reprise de Trouble so Hard de Moby avec une interprétation bien personnelle.  Merci à lui de nous avoir fait découvrir la Guitare Lap-Steep Hawaïenne. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A 14h45 place à TOEKAN sur la Eastern Stage. C’est avec une ambiance planante et des harmonies douces que commence ce concert. La chanson va monter de plus en plus pour terminer dans un rock alternatif d’une énorme puissance. On sent que ce power trio (guitare/basse/batterie) veut avoir un son le plus plein possible avec une précision d’exécution très impressionnante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vers 15h15, il est temps de faire une pause et de découvrir l’un des Food-Truck disposé devant la Eastern Stage, le panneau d’un kebab breton au cochon nous intrigue. Et bien comme on dit… tout est bon dans le breton….(oups) dans le cochon ! L’après-midi se poursuit avec un cours de danse swing niveau débutant, sur le même parquet aura lieu l’élection de Miss Pinup du festival avec une dizaine de participante, toutes aussi belles les unes que les autres !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parmi les divers animations, chaque jours nous pouvons voir le basket acrobatique, impressionnante équipe de 4 sportifs mettant des paniers à l’aide d’un trampoline et de salto complètement dingue !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour à la musique et place maintenant au tour de Yarol Poupaud. Difficile de présenter rapidement cet artiste qui a déjà énormément de projets à son actif.  Disons simplement que c’est le guitariste et membre fondateur de FFF (en 1987 avec Marco Prince) et le directeur musical (et guitariste !) de Johnny Hallyday entre 2011 et la fin prématurée de l’idole des jeunes. Yarol est en tournée cette année sous son propre nom pour présenter son 1er album solo sorti en février 2019. Après quelques problèmes de son sur la première chanson, le show se met en route très rapidement avec des titres très énergiques et un Yarol en grande forme. C’est sans étonnement qu’on peut voir qu’il s’est entouré de musiciens d’une grande virtuosité, affublés d’une très belle énergie de groupe. Du beau monde sur scène pour notre plus grand plaisir : deux guitaristes, un bassiste, un claviériste, un batteur et un percussionniste. J’attendais beaucoup de voir comment le titre Boogie With You allait rendre en live et j’avoue avoir été scotché par le résultat. Ca groove, c’est rock, c’est bon! On a pu aussi entendre des titres comme Sale (groovie à mort), Caroline (Vive le Blues), Girls (rock électrisant).

       

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Changement de scène pour la Main Stage avec Knuckle Head. Ils sont que deux sur scène, faisant du bruit pour cinq. En les voyant arriver, j’ai commencé par me dire que c’était un très bon choix pour chauffer la grande scène sans prendre trop de place pour les groupes suivant. Mais j’ai vite changer d’avis. C’est beaucoup plus qu’un choix pratique. Ce groupe explosif avait parfaitement sa place avec son style américain rock country. Le fait d’avoir que deux instruments (guitare batterie) et une voix sur scène, rend l’ensemble très épuré et augmente l’efficacité des riffs qui les rend très percutant. L’énergie du batteur est à la hauteur pour appuyer la voix à la tessiture très riche du chanteur. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais mince, Le ciel se couvre,  y aura t’il la pluie ensuite?

Rival sons arrivent sur scène à 21h pour nous proposer un autre concert d’anthologie comme ils en ont le secret. La côte ouest des Etat Unies à son mot à dire dans ce American Tours Festival et on peut le sentir dès les première notes. Le fond de scène en écran géant est coloré à la manière de leur sixième album sorti en début d’année. Back in the Woods sera la chanson qui débutera leur SET. L’ambiance déjà chaleureuse passe alors à quelque chose de beaucoup plus pure et puissant. Mais comment font-ils pour dégager autant d’énergie ? Jay Buchanan nous l’explique dès la deuxième chanson en chantant “I’m electric yes I am” dans la chanson Electric man. Effectivement un haut voltage semble être la seul solution au groupe pour tenir la foule autant en haleine. On retiendra le look vintage du guitariste qui gardera une grande classe tout le long du set. Open my eyes est la chanson que va retenir le public à mon goût même si les titres qui suivent ne sont pas loin d’égaler ce tube. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dernier grand groupe de cette soirée, les Stray Cats, ils reviennent sur scène pour fêter leur 40 ans de carrière, ambiance très Rockabilly pour ces 3 musiciens en formation guitariste, percussionniste et contre-bassiste. Pas d’artifice, la scène est toute simple avec en fond un drapeau à tête de chat très Rock’n Roll. Lors sons des années 80 nous plonge dans une ambiance vintage à souhait avec un pointe de pop et de punk ! Toutes les générations sont présentent pour découvrir et redécouvrir ce groupe d’un autre temps !

 

Troisième journée :

Aujourd’hui dernier moment sur le lieu du festival, petit tour pour commencer sur le Camp Cowboys et Indiens, c’est un marché de produit en tout genre, bijoux, chapeaux, ceintures, veste à franges, attrape-rêves, c’est un peu la caverne d’alibaba pour tout cowboys et bikers qui se respectent ! On y trouve même un cour de lasso ainsi qu’un atelier maquillage au milieu des tipis. La chaleur est toujours aussi présente, mais ne n’est pas décourager les danseurs du parquet Sunset Club ou bien du Hall Line Dance !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous poursuivons donc vers le premier concert de la journée à 14h30 avec les Spooky Poppies originaire de Tours, tout jeune groupe composé de 4 membres (basse, guitare, batterie, chant/guitare), les titres sont rock majoritairement aux influences blues, les arrangements divers, la chanteuse a des effets de voix rocailleux dans les aigus. Intéressante découverte de l’après-midi !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pendant ce temps là nous nous ‘éclipsons à côté, voir les quelques minutes intenses d’acrobatie d’une moto dans une cage appelé la boule de la mort. Effectivement après quelques cercles vertigineux, une personne est placé au centre et la moto virevolte autour d’elle à pleine puissance ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petit tour au milieu des stands et nous repartons sur la scène Eastern Stage pour le concert de Make-Overs, un rock bien énervé avec des influences punk, à 2 ils envoient du lourd, chant/guitare et batterie seulement ! Roulement de batterie acharné et voix criardement metaleuse à certains passage, un duo à retenir ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 En attendant le live de Johnny Gallagher en fin de journée, retour sur le Hall Rock & Vintage où la scène Vintage accueille la Rock’n roll Revue, groupe de musicien sur lequel va se succéder plusieurs chanteur-euse dans un style Rockabilly purement des années 50/60.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Johnny Gallagher and The Boxty Band entre en scène pour clôturer cette dernière journée ! Quel blues ! Et quel jeu de guitare. Les pieds se mettent à danser tout seul dans le public. Après 3 titres plutôt Rock/Blues, place à un petit reggae irlandais ! Artiste aux multiples facettes, les sonorités tournent autour des Pink Floyd en passant par Jimmy Hendrix ! De quoi terminer en beauté cet American Tours Festival ! Pour les plus courageux, la fête continuera avec le bal country. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci à l’American Tours Festival pour l’invitation et Fury Agency !

 

Report : Marc Nancy / Elodie Roy – Photo : Elodie Roy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *