Altin Gün + Cyril Cyril – La Cigale – 12/09/2019

Lorsque Jasper Verhulst, bassiste néerlandais, découvre le rock turc des années soixante et soixante-dix, c’est comme une révélation. Il emporte avec lui ces influences orientales et décide d’allier son univers à cette musique. De cette union, musiciens néerlandais et chanteurs turcs est né Altin Gün. 

Le rendez-vous était pris depuis un moment, connaissant déjà Altin Gün (merci Monsieur Mily clic) et à la vitesse où se sont vendu les places, les miennes étaient prisent depuis des mois. 

J’avais vraiment hâte de voir ce que ça donnait en live et quoi de mieux que la mythique Cigale de Paris pour cet événement. Et lorsqu’en plus, je reçois une invitation à me présenter avec mon appareil photo pour immortaliser ce concert à la toute dernière minute (un immense merci à Soyouz Folklore Moderne) autant vous dire que ma surprise fût grande ! 

Pour ouvrir le bal ce soir, je découvre Cyril Cyril. Ce duo batterie/chœurs + guitare/chant m’a laissé un goût de reviens-y. J’ai eu un peu de mal a rentrer dans leur univers mais après coup, j’ai compris que c’était parce que je ne m’attendais tout simplement pas à entendre ce mélange de flow rappé façon Orelsan accompagné de guitare et d’une batterie qui rythme et teinte parfaitement ce set. 

Le spectacle est aussi étonnant en live qu’en version studio, et pourtant, même si j’ai reconnu les titres joués ce soir là, lorsque j’ai réécouté après coup sur Youtube, on se rend compte qu’ils ont mis le paquet en présentant ce soir une toute autre version de leur musique. Une belle découverte ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les techniciens de La Cigale s’affairent sur la scène et laissent apparaître la batterie d’Altin Gun. Quelques minutes d’attente et les lumières s’éteignent. La salle est bondée (pour cause, le concert affichait complet depuis un moment) et l’accueil est plus tellement chaleureux que certains musiciens en sont limite gênés. Cette gêne fait très vite place aux accords qui font la réputation d’Altin Gün qui viennent de sortir leur dernier album Gece et dès les premiers accords, toute la troupe se détend et prend plaisir à jouer sur scène. Un plaisir communicatif qui se sent jusqu’au fond de la salle ! 

Les voix d’Erdinç Ecevit Yildiz (également au clavier et au saz) et de Merve Dasdemir s’accorde parfaitement avec Ben Rider à la guitare magnétique, Jasper Verhulst à la basse et au déhanché funky, Daniel Smienk à la batterie réglée au millimètre et en harmonie avec le percussioniste Gino Groeneveld. 

Tout le public est littéralement conquis a peine les premières chansons, et tout le monde se met à danser aux rythmes entraînant et à chanter limite par cœur leurs chansons. Le show est aussi beau à voir vue de haut que dans la fosse et les techniciens ont fait un travail magnifique avec les lumières. 

Le rappel était haut en applaudissements et très largement mérité, Altin Gün a su nous faire partager leur bonne humeur, leur musicalité, et a surtout su ce soir là fédérer grâce à leur chansons un public venu de tout horizon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un grand bravo pour ce moment plus que magique, et encore un très grand merci à Soyouz Folklore Modern pour la belle surprise et le privilège de pouvoir capturer ce beau et grand moment. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *