Accueil / Musique / Métal / Pantheon of the Nightside Gods – Belzebubs
Bannière Institut de la Musique

Pantheon of the Nightside Gods – Belzebubs

Vous ne connaissez pas encore Belzebubs ? Eh bien vous loupez quelque chose ! Lancé il y a quelques années maintenant sous la forme d’un comics présentant une famille de métalleux fans de black (avec corpse-paints et tout le tintouin), doté d’un humour et d’un cynisme décapants. Quelle n’a donc pas été ma surprise de voir qu’un album de musique, de « Trve Black Metal » comme ils disent, allait sortir ! Et j’ai de suite été curieux de voir ce que pouvait donner la musique développé par le créateur du projet. C’est Century Media qui flairant le bon filon a décidé de signer le projet pour son premier album : Pantheon of the Nightside Gods. Et il est maintenant temps d’y plonger !

C’est Cathedrals of Mourning qui ouvre cet album, et il fait d’ailleurs l’objet du clip ci-dessous. Du black metal assez classique avec une composante symphonique pour ajouter un peu de sel à l’ensemble. C’est bien composé, la réalisation musicale est impeccable, tout est aussi carré qu’avec un groupe classique. En tous cas cette piste offre un excellent démarrage à cette écoute ! The Faustian Alchemist débute avec un sympathique son de clavier qui donne par la suite un franc côté épique à l’ensemble du morceau. Blackened Call propose des guitares encore plus saturées et revient au Black presque classique avec ce chant démoniaque à souhaits. Acheron est pour moi l’une des chansons les plus abouties de l’album : une mélodie magnifique, un chant profond et guttural, des guitares tantôt puissantes, tantôt douces. On se retrouve avec un bel exemple de black mélodique comme je les aime… Nam Gloria Lucifer se fait plus efficace, bien que gardant cette puissance sombre et inquiétante liée intrinsèquement au genre. Le refrain est particulièrement prenant d’ailleurs…

The Crowned Daughters débute tout en douceur, mettant en avant l’aspect purement mélodique de la musique du groupe. Une chouette ballade qui fait la transition dans cet album, bien que surprenant un peu par sa présence justement. Avec Dark Mother et The Werewolf  Bride on revient aux bases de la musique de ce groupe : de la puissance tant musicale que vocale, des compositions au poil, et tout ce qu’il faut de mélodie pour séduire l’auditeur. A ce dernier titre mention spéciale à The Werewolf Bride qui est juste excellente. L’album se conclue sur Pantheon of the Nightside Gods, apothéose de près de neuf minutes : un clavier introductif parfaitement joué, une composition orchestrale sublime, tout est là et je n’ai juste rien à redire.

Avec ce Pantheon of the Nightside Gods, Belzebubs fait son entrée directement dans la cour des grands et pas en faisant semblant ! Comment un projet tel que celui-ci a-t-il réussi à devenir un véritable groupe de musique ? Mystère… Y aura-t-il des concerts de Belzebubs à l’avenir ? Mystère… Mais en tous cas, que c’est bon dans les oreilles !

Pantheon of the Nightside Gods
Belzebubs
Century Media Records
2019

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Misnake – Jades

Le quatuor Jades fait rocker les scènes parisiennes depuis maintenant un peu plus d’un an …

Jupiter – Petit Bain – 13/05/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *