Exorcisms of Eroticism – Her Despair

Après avoir été complètement séduit par leur précédent EP, Mournography, j’ai donc accueilli avec joie la nouvelle de la sortie d’un nouvel opus, Exorcisms of Eroticism en cet automne. Proposant un metal gothique du plus bel effet, une poésie et un romantisme à toute épreuve, il avaient su me conquérir mais en sera-t-il de même avec ce nouvel EP ?

C’est Pandaemonium qui débute l’album et on retrouve immédiatement l’ambiance sombre, grandiloquente et prenante de la musique du groupe, rapidement combinée à la voix de J. nous entraîne dans l’univers sombre et sépulcral du groupe pour notre plus grand plaisir. The Exorcism part sur les mêmes bases : une musique immersive, grandiloquente et une voix inquiétante et envoûtante. La recette avait fonctionné avec Mournography, et elle fonctionne également ici. In That Moment garde la même envolée musicale et continue avec quelque chose d’un peu plus frais.

Like A Crucifixion se fait un peu plus efficace sur les refrains avec une batterie un peu plus rapide et enjoué, tout en gardant l’aspect purement gothique de la musique du groupe. Beyond The Veil par contre se fait plus sombre et déprimé, donnant une nouvelle carte au jeu du groupe avec sa composition léchée et son chant parfait, combiné à un aspect énigmatique dans la musique. Final Rest termine l’EP avec une certaine douceur, une mélancolie gothique très franchement réussie. L’aspect épique et poétique du morceau démontre que ce genre a encore de belles choses à sortir.

Une beauté décadente à couper le souffle, voilà comment on pourrait définir la musique de Her Despair. Ils avaient su me surprendre avec leur premier EP, mais là ils confirment tout le bien que je pense d’eux et de leur musique : compositions propres, chant impeccable, instruments parfaitement maîtrisés. De bout en bout le groupe est parvenu à faire encore mieux que Mournography et cela me semblait déjà difficile à l’époque !

Exorcisms of Eroticism
Her Despair
2019

album, musique, metal, gothic metal, alternative metal, her despair, exorcisms of eroticism, chronique, review

22 novembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *