Accueil / Musique / Entretien avec Paulo et Alex, de Dirty Rodéo
Bannière Institut de la Musique

Entretien avec Paulo et Alex, de Dirty Rodéo

Le nouvel album de Dirty Rodeo, dont je vous parlais il y a peu, Name This Fucking Second Record Yourself, m’a donné envie de poser de nouveau quelques questions aux energumènes qui composent ce duo. Une interview totalement barrée mais qui permet de mieux comprendre ce qui se passe dans leurs caboches amochées !

Salut les gars, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions. Est-ce que vous pouvez tout d’abord vous présenter et nous expliquer ce que vous essayez de faire au sein de Dirty Rodeo ?

Paulo : Bonjour, et merci de venir vers nous pour que tes lecteurs apprennent à mieux nous connaître. Je suis Paul, et je joue de la guitare et je chante dans Dirty Rodeo.

Alex : Salut, moi c’est Alex. Je tape sur des bambous et je suis numéro 1 !

Bon, du coup c’est quoi Dirty Rodeo exactement ?

Paulo : Dirty Rodeo d’abord c’est une rencontre  entre Alex et moi, le hasard fait plutôt bien les choses, et entre nos deux univers de base, à savoir le Punk (au penchant hardcore) et le Stoner. C’est encore deux styles très présents dans notre musique mais, au fil du temps on a rajouté d’autres ingrédients comme du garage, une pointe de Noise, des accords 5ème , et ce n’est pas fini !!!

Alex : Tu mets deux déjantés dans un mixer, de l’énergie, de la connerie, un peu de Tarantino et de la musique. Tu secoues bien, et c’est prêt à servir !

Pourquoi avoir choisi ce nom justement ?

Paulo : Parce que ça sonne, en premier lieu, ensuite on a découvert ce que c’était, c’est une pratique un peu Olé Olé ! Alors on l’a gardé.

Alex : Tapes dans le fond je suis pas ta mère !

Vous venez de sortir un nouvel album, Name This Fucking Second Record Yourself. Déjà pourquoi ce nom pour un album !?

Paulo : Le premier choix était de ne pas donner de nom à ce disque,  puis pour une question de référencement on nous a dis qu’il valait mieux en mettre un… Alors on s’est creusé la soupière, sans rire le « brainstorming » a au moins duré 10 minutes !

Alex : La flemme oui… démerdez vous !

Sur cet album comment ça s’est passé ? Qui a composé la musique et qui a écrit les paroles ?

Paulo: D’une manière générale on fait tout à deux, on se pointe en répète, on joue sous forme de Jam , on reprends les parties qui nous ressemblent ou nous semblent cohérentes, on structure, on enregistre avec un téléphone ou autre, pour s’en souvenir, mais aussi pour pouvoir le réécouter 3 jours plus tard avec plus de recul (cela nous aide vraiment a savoir si on va perdre notre temps ou pas , si les construction sont judicieuse ou casse gueule).

Pour les paroles on se donne un thème, on écrit chacun sur le thème donné et on voit ce qu’on peut faire avec les deux.

Ensuite, pour l’enregistrement de Name This Fucking Second Record Yourself, on a choisi de ne pas passer par le studio, on a tout fais chez nous. Ce qui nous à coûté en temps, on a même décidé de recommencer entièrement… Mais on a aussi beaucoup appris.

Le Mixage c’est Alex et Vortex (notre sondier des bois préféré) qui ont bûché dessus, moi j’ai juste donné mon avis de temps à autre, pas par manque d’idées ou d’intérêt, mais par simplicité, à trois quand t’as fais les prises pendants des semaines c’est difficile de se sortir de son parti pris et d’écouter les autres pour trouver ce qui servira ton morceau.

Voilà maintenant tu connais tous les secrets de ce disque ou presque.

Alex : Et le master ?!!! C’est important le master ! C’est Jean Cedric de Grand Ciel qui a réalisé le master. On a choisi de travailler en local pour fignoler ce disque !

Globalement ça c’est bien passé. Il a été long à sortir entre la première note enregistrée et avoir le disque en physique. Le DIY ça veut dire qu’on apprend en faisant, et qu’on passe par des étapes d’erreurs et qu’on recommence. C’est plus long que d’engager un professionnel mais c’est une véritable expérience.

C’est quoi votre morceau préféré sur l’album ?

Paulo : Let Her Go, parce que pour moi a l’instant T, c’est le morceau le plus tourné vers l’avenir en terme de composition et d’écriture.

Alex : Inside of you. Mais ça peut changer selon mon humeur.

Des clips de prévu, histoire que l’on voit vos tronches sur YouTube ?

Paulo et Alex : Peut être un clip Live dans les mois à venir sur un morceau exclusif, on verra.

On notera que nous avons sorti le clip de Why Is The Bedroom So Cold il y a quelques temps, mais tu verras pas nos tronches, héhé !

C’est quoi votre pire souvenir sur scène ?

Paulo : Cet été on a joué le jour de mon anniversaire, sur une scène plutôt cool et devant pas mal de monde , j’ai eu énormément de problèmes techniques, un gros buzz dégeu sortait des amplis, des retours …

J’ai eu beaucoup de mal à identifier le souci, à tel point que j’ai failli sortir de scène et mettre fin au concert. On a quand même fini par trouver, et terminer le concert, heureusement, le public a été indulgent… Moi je suis sorti dégoûté et vexé à en pleurer, mais c’était des larmes de colère.

Alex : Tous… : On a pas encore reçu de sous-vêtements sur scène !

Si on est assez fous pour vouloir vous voir sur scène, on peut vous trouver où prochainement ?

25/01 – TAP des Yeps Vs Les cheminées du rock @LA FERME ST MICHELE / CONFOLENS (16)

26/01 – LE BAR D’ANE / USSEL (19)

01/02 – LA PIERRE NOIRE / CHAMPAGNAC (15)

02/02 – RELEASE PARTY @CCM JOHN LENNON / LIMOGES (87)

23/02 – LE PTIT BAR / JUVIGNY (87)

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Flotsam and Jetsam – Le Trabendo – 20/03/2019

Overkill + Destruction + Flotsam and Jetsam – Le Trabendo – 20/03/2019

Ce soir, Garmonbozia nous propose de venir thrasher au Trabendo, en offrant un plateau très …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *