Coming of Age – Godsleep

 

Quand on parle de stoner européen, certains pays reviennent très souvent, comme la Grande-Bretagne, la Suède, l’Allemagne, et, bien entendu, la France, qui a, selon moins, la meilleure scène stoner d’Europe. Mais il est certains pays dont on n’entend presque jamais parler, alors qu’ils ont quelques perles à nous offrir. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un groupe grec, formé en 2010, dont le deuxième album studio, Coming of Age, vient tout juste de paraître.

L’album nous accueille sur un larsen modulé, avant de partir sur le riff principal de Ex-Nowhere Man, qui m’a fait m’assurer plusieurs fois que j’avais bien lancer le bon album, et si je n’avais pas accidentellement mis un album de Kyuss à la place. Cela dit, la voix est rapidement venue confirmer marquer la différence entre les deux groupes, plus mélodique et moins éraillée que celle de John Garcia. Unlearn confirme l’ancrage du groupe dans le desert rock old school avec un son, un riff et un groove qui n’auraient pas dépareillés sur Blues for the Red Sun. L’album accélère un peu avec N.O.U., restant cela dit bien plus groovy qu’agressif, dans la tradition desert rock. Après une première partie plus calme et posée, Celestial repart dans la vitesse et le groove, sonnant cette fois-ci plus comme une chanson qui aurait sa place sur Wretch. Puku Dom, jouée entièrement à la guitare en son clair, apporte une transition vers la suite de l’album, et un petit moment de calme avant ma chanson préférée de l’album, Basic (The Fundamentals of Craving). La piste, suite à une intro à la voix seule, repart dans du desert old school, groovy, avec des guitares saturées d’effets, plutôt lent dans un premier temps, puis plus rythmé et rapide, offrant le plan de batterie le plus mémorable de l’album. Après une première partie lente et psychédélique, Karma is a Kid repart sur de la vitesse et de la lourdeur, avec toujours un groove entraînant et des riffs entêtants et répétitifs, avant de finir de nouveau sur un riff plus lent. L’album se conclue sur Ded Space. La chanson est assez variée, oscillant entre un riff lent au bourdon entêtant et un chorus rapide et très rythmé, se permettant aussi quelques variations sur la voix, ce qui est assez plaisant dans un genre où les vocalistes peuvent avoir tendance à rester figé.e.s sur une seule voix.

Comme vous l’aurez sans doute remarqué, Coming of Age m’a beaucoup fait penser à du Kyuss. Cela dit, il ne s’agit pas non plus d’une copie carbone, Godsleep a suffisamment de personnalité pour rendre sa musique intéressante et la faire sortir du lot, notamment grâce à sa chanteuse, ce qui est très rare dans le genre. Si, comme moi, vous avez saigné la discographie de Kyuss et que vous en voulez encore, je ne peux que vous conseiller cet album, qui compile tout ce que le desert rock peut faire de mieux, en y ajoutant la touche personnelle du groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *