Les Chants de la Sombre – Lyon des Cendres tome 2 – H. Laymore

1793, Lyon, la Terreur.

Lyon a cessé de brûler sous les canons de la République. Pourtant, les cendres tombent encore, tout comme les têtes de ceux qui ont osé défier la Convention. Laurent d’Orléac, Valentina, Claire et le Faucheux, s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la ville et ses ténèbres. Étouffés par les complots, plongés dans l’ombre, ils n’ont pas encore conscience de tous faire partie d’un seul et même échiquier. Peu à peu, tandis que l’enquête du Hussard de la Mort piétine et que des sectes secrètes cherchent à manipuler des pouvoirs qui les dépassent, l’étau se resserre. Qui est le pantin de qui  dans cette gigue d’alchimistes, de révolutionnaires et de fous, alors que, dérangées par le vacarme d’un monde qui s’effondre, d’anciennes consciences s’éveillent pour réclamer leur part de sang  ?

! ATTENTION SPOILERS si vous n’avez pas lu le premier tome ! 

Après un premier tome un peu brouillon, on comprend bien mieux l’histoire que souhaite mettre en place Laymore.

D’abord, la géographie est mieux compréhensible et on arrive plus facilement à s’orienter dans la ville de Lyon et ses alentours. Ensuite, les personnages sont plus étoffés et leurs objectifs plus clairs malgré un enjeu global encore difficile à cerner. L’introduction d’un monde obscur avec l’entrée en jeu des Stryges donne un nouveau souffle fantastique à l’intrigue. Toutes les références aux Limbes et aux morts ressuscités créent une bonne métaphore sur les horreurs de la révolution en cours. On notera, comme dans le précédent tome, une indéniable qualité des recherches historiques! Le Hussard de la Mort (Laurent) est vraiment très attachant, tout comme Valentina. Les deux personnages donnent à l’intrigue un souffle épique empreint d’aventure. Egalement, les différents chapitres sur les gitans qui m’ont semblée très cinématographiques dans les descriptions et l’ambiance.

Par contre, on s’interroge sur les différentes sectes qui gravitent autour de l’intrigue, comme l’un des Temples franc-maçons. Pour l’instant, j’ai encore du mal à voir où l’auteur veut en venir et quels sont les rapports entre les différents personnages. On pourrait aussi lui reprocher d’étirer un peu trop son récit et de ne pas aller plus vite au but. Cependant, l’épilogue est un « cliffhanger » très réussi avec une énorme surprise qui donne envie de continuer la saga.

L’écriture de Laymore est toujours aussi agréable avec une totale maîtrise des dialogues qui permettent une immersion rapide et plaisante dans l’époque choisie.

CONCLUSION

Lyon des Cendres est définitivement une saga intrigante qui n’a rien à voir avec ce que l’on peut lire actuellement dans le genre. Malgré des défauts, il faut persévérer dans la lecture, car les nombreux mystères créés tiennent en haleine et le décorum reste vraiment original.

Les Chants de la Sombre
Lyon des Cendres – tome 2
H. Laymore
Editions L’Alchimiste
18,50€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *