Bretzel Blues – Rita Falk

 

 

 

 

Dans « Choucroute maudite », publié par les éditions Mirobole en 2017, nous avions découvert le village de Niederkaltenkirchen, en Bavière, où le commissaire Eberhofer menait une vie plutôt paisible, promenant ici et là son chien Louis II, prenant du bon temps, se gavant de bons plats et réglant ici et là quelques problèmes de voisinage, avant de résoudre, avec un minimum d’efforts et un maximum de flair, quatre meurtres d’un coup. Un petit polar plein d’humour qui permettait de passer un bon moment au sujet duquel nous écrivions : il se pourrait qu’avec le commissaire Franz Eberhofer, dont Rita Falk a déjà écrit en langue originale un bon nombre d’enquêtes, les éditions Mirobole aient trouvé un nouveau filon.

C’est effectivement le cas et c’est reparti pour un tour avec le second volume des aventures du commissaire Eberhofer, relégué depuis longtemps dans son bourg après avoir usé de méthodes un peu expéditives et pas tout à fait conventionnelles. On retrouve avec plaisir son ami Bikenberger, ex-flic reconverti en détective privé après avoir lui aussi usé de méthodes expéditives et pas tout à fait conventionnelles, son père qui assourdit le voisinage en écoutant les Beatles à fond et en fumant des pétards, sa mémé amatrice de soldes qui est une vraie terreur, son frère Léopold qui n’en finit pas de se remarier, sans compter les deux bouchers du coin, qui lui fournissent ses petits pains au fromage de foie et, par solidarité professionnelle, crachent dans la préparation des tartares des mêmes clients.

De l’humour, donc, à tous les étages, ici un peu d’humour noir avec des cadavres eux aussi transformés en steak tartare, là un peu de vaudeville, et partout des personnages hauts en couleurs et croqués plus vrais que nature. Le sourire aux lèvres, on suit ce commissaire débonnaire, gaffeur et un peu flemmard, qui vit dans une ancienne porcherie, préfère résoudre les querelles entre voisins en flinguant leur baromètre plutôt qu’en palabrant pour pas grand-chose, et se retrouve sans vraiment le vouloir lancé à la poursuite de l’assassin d’un directeur de collège, crime pour lequel le moins que l’on puisse dire est qu’il ne manque pas vraiment de suspects : plusieurs générations d’élèves avouent avoir nourri des pensées de meurtres à l’égard dudit directeur – et ses collègues de travail, sur ce point, ne sont pas vraiment en reste.

Un cadavre, un médecin légiste à l’ironie assez fine, des virées nocturnes secrètes, des toxicomanes, un ancien légionnaire, une femme et un enfant abandonnés, tout ceci pourrait faire une enquête tranquille si l’amie d’Eberhofer ne s’en allait en Italie avec Dieu sait qui, et si son frère n’arrêtait pas de lui coller dans les pattes sa toute petite fille, au prétexte que ce n’est que dans ses bras à lui qu’elle cesse de pleurer. Sans compter la Mémé qu’il faut emmener aux soldes, pas question d’y couper aussitôt qu’elle a flairé la moindre promotion intéressante. On s’amuse donc des progrès et des déboires d’Eberhofer, de sa famille, et de ses amis bouchers.

On s’en doute : il y a plus d’un point commun entre l’humour de Rita Falk et les nourritures bavaroises, souvent riches en lipides et parfois un peu lourdes. Mais au final, bilan positif pour ce petit polar cocasse, avec son personnage de flic atypique et son environnement tout ce qu’il y a de plus folklorique. Comme dans le premier volume des aventures du commissaire Eberhofer, nous avons droit, en double bonus, à un petit glossaire et à plusieurs recettes de l’inénarrable Mémé.

Bretzel Blues
Rita Falk

Traduit de l’allemand par Brigitte Lethrosne et Nicole Patilloux
Couverture : Wallenrock / Artcook studios / Shutterstock
Editions J’ai Lu (première publication : éditions Mirobole)

Rita Falk sur eMaginarock :

« Choucroute maudite » :
http://www.emaginarock.fr/2017/livres/choucroute-maudite-rita-falk/

Les éditions Mirobole sur eMaginarock :

« La Fièvre » de Sazndor Jaszberenyi :

http://www.emaginarock.fr/2019/livres/la-fievre-sandor-jaszberenyi/

« Avenue Nationale » par Jaroslav Rudis

http://www.emaginarock.fr/2016/livres/avenue-nationale-jaroslav-rudis/

« L’Agence secrète » par Alper Caniguz

http://www.emaginarock.fr/2016/livres/lagence-secrete-alper-caniguz/

« Psychiko » de Paul Nirvanas :

http://www.emaginarock.fr/2016/livres/psychiko-paul-nirvanas/

« L’Autre ville » de Michal Ajvaz :

http://www.emaginarock.fr/2015/livres/lautre-ville-michel-ajvaz/

« Les Furies de Boras » d’Anders Fager :

http://www.emaginarock.fr/2013/livres/les-furies-de-boras-anders-fager/

«  Je suis la reine et autres histoires inquiétantes » d’Anna Starobinets :

http://www.emaginarock.fr/2014/livres/je-suis-la-reine-et-autres-histoires-inquietantes-anna-starobinets/

« Le Vivant » d’Anna Starobinets

http://www.emaginarock.fr/2015/livres/le-vivant-anna-starobinets/

« Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère, et retrouvé l’amour » de S. G. Browne :

http://www.emaginarock.fr/2014/livres/comment-jai-cuisine-mon-pere-ma-mere-et-retrouve-lamour-s-g-browne/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *