The Order – Dennis Heaton

Jack Morton est accepté à l’université de Belgrade. Il fait tout pour rejoindre l’Ordre, une société secrète légendaire pour rencontrer et se venger du leader.

Sur le papier, The Order, est assez simple. Une série un peu adolescente, dans une université classique américaine, avec ses sororités et autres fraternités, ses rites de passage… Bref rien de fou. Il s’agit en fait d’une société secrète et autres ordres un peu étranges. Pourquoi pas, laissons nous tenter.

The Order a été développé par Dennis Heaton, pour Netflix. Ce scénariste/producteur est loin d’être un inconnu puisqu’il a déjà été nommé aux « canadian screen awards », et produit/co-écrit un certain nombre de séries pour syfy ou d’autres chaînes. Il co-écrit la série avec sa partenaire depuis 20 ans : Shelley Eriksen. C’est donc tout naturellement qu’il a écopé de The Order, prochaine Teen série horrifique, après Hemlock grove et autre Vampire Diaries. Cette fois néanmoins les moyens ont été un peu revus à la hausse me semble-t-il. Toujours est il que la première saison sortie en mars 2019, et à la fin du même mois on annonçait déjà une saison 2. Peut être est ce dû à la présence du réalisateur David Von Acken pour le pilote, qui semble habitué aux séries à succès comme Vampire Diaries et Salem par exemple.
Netflix surfe sur le succès des nouvelles aventures de Sabrina et the Magicians. A l’instar d’Hemlock Grove que j’avais trouvé complètement ratée et trop bordélique, The Order est plutôt bien sympa en terme d’effets (j’adooooooooreeee les masques de l’Ordre <3) et d’ambiance.

Ici encore, Netflix prouve son nez en matière de casting. J’ai vu beaucoup de séries sur cette plateforme et même les plus nulles, présentent toujours un casting relativement convaincant. Rarement, le jeu est too much. Les jeunes acteurs (que je ne connaissais pas, ou du moins que je n’ai pas reconnus) m’ont bluffés et sont soutenus par certains vieux briscards qu’on a l’habitude de voir dans des séries ou des seconds rôles. Quoiqu’il en soit, ils sont tous soigneusement à leur place et tout à fait naturels. Le personnage de Jack Morton est campé par Jake Manley un acteur canadien qu’on a pu voir dans IZombie ou encore American Gods, il incarne un étudiant très renseigné sur sa nouvelle université, orphelin de mère et élevé par son grand père. Le grand père est lui un visage connu pour les habitués des séries. Vous l’avez vu dans Fear the walking dead (l’épisode 2 de la semaine dernière!), ou encore… Max Headroom. Si vous ne connaissez pas cette pépite des 80s, foncez. C’est toute ma jeunesse et vraiment Max Headroom c’est un personnage qu’on oublie pas… Donc oui, le grand père est une légende (des 80s) ! Jack donne la réplique à Alyssa Drake, premier rôle féminin, une étudiante bien sous tous rapports qui va lui ouvrir les portes (au propre comme au figuré). Campée par Sarah Grey, que je n’avais jamais remarqué et pourtant elle aussi a joué dans IZombie, Lucifer et autre Bates Motel. Ici, elle prend sa place et joue son rôle à la perfection. La bluette qui se développe entre Jack et elle, fait vraiment très teenager mais disons que ça reste tout à fait cohérent. Les autres personnages sont tout aussi remarquables (au sens littéral du terme) et vous verrez qu’on s’attache très vite aux uns et aux autres.

L’histoire quant à elle recèle bien entendu quelques soucis. Je ne développerai pas, tout simplement parce que contrairement à certains internautes je suis dans le clan de ceux qui n’ont pas vu the Magicians (qui visiblement ressemble un peu à cette histoire). Je ne saurai donc dire si oui ou non il s’agit du même sujet (va falloir que je la regarde maintenant, c’est malin!!!). En tous les cas contrairement pas à pas mal de teen séries j’ai trouvé ça intelligent et intéressant. Y’a un peu trop de secrets qui s’entrechoquent mais pour une fois, j’ai pas l’impression d’un gigantesque gloubiboulga. Là y’a du loup garou (pas kitsch, enfin pas trop), sans avoir de vampire à côté, de la magie, pas gentille ou méchante, entre les deux, c’est à dire selon celui qui pratique. Beaucoup plus réaliste si l’on croit les nombreux écrits de sorcellerie que l’on peut trouver. Certains trouvent l’histoire beaucoup trop bateau et disent que ça renouvelle mal Teen wolf et Vampire Diaries. Heu…. en fait ça n’a pas grand chose à voir niveau histoire, voir rien du tout. A part peut être la love story, constante de tous les trucs ados confondus. Sinon vraiment je vois pas grand rapport. Mais je suppose que chacun voit midi à sa porte. En attendant, the Order montre une université américaine classique, avec poupoufes et autres kékés très soucieux de leur petite personne. Il se passe des milliards de trucs bizarres et personne ne relève, trop centré sur son propre nombril. Ceci me semble très cohérent c’est assez typique de l’âge représenté. En attendant, les rites d’initiation, réunions, temples etc, sont très bien rendus. On se laisse facilement happer, tout cela saupoudré par une pincée d’humour qui ne démérite pas.

En bref, j’ai bien aimé cette première saison et même si le cliffhanger de fin n’est pas évident ou très accrocheur, je regarderai la suite avec plaisir. Pour une fois que j’ai pas l’impression de voir un truc complètement kitsch et mal fait…. je vais profiter !

Niveau effets on est vraiment un cran au dessus d’Hemlock grove et même si l’histoire d’amour du coin est indispensable et serait dispensable, on va dire que j’ai pas le sentiment que ça soit totalement hors sujet.

Vous aimez les Teen movies ? Essayez The Order.

The Order

écrit par Dennis Heaton

avec : Jake Manley, Sarah Grey, Matt Frewer, Max Martini

disponible sur Netflix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *