Pokémon: Détective Pikachu – Rob Letterman

 

 

 

 

 

L’annonce d’un film Pokémon ne m’avais pas excité tant que ça, sauf quand j’ai vu que c’était un film Live Action ou l’on pourrait voir des vrais gens parler à des Pokémon en 3D. Là, on pique ma curiosité. Le film tourne autour d’un scénario très simple, un jeune homme (Justice Smith) part à la recherche de son père avec l’aide d’un Pikachu que seul lui peut comprendre. La bande annonce me fait baver, la hype est lancée, je n’ai plus qu’à patienter jusqu’à la sortie du film.

Après la disparition mystérieuse de Harry Goodman, un détective privé, son fils Tim va tenter de découvrir ce qui s’est passé.  Le détective Pikachu, ancien partenaire de Harry, participe alors à l’enquête : un super-détective adorable à la sagacité hilarante, qui en laisse plus d’un perplexe, dont lui-même. Constatant qu’ils sont particulièrement bien assortis, Tim et Pikachu unissent leurs forces dans une aventure palpitante pour résoudre cet insondable mystère.  À la recherche d’indices dans les rues peuplées de néons de la ville de Ryme – métropole moderne et tentaculaire où humains et Pokémon vivent côte à côte dans un monde en live-action très réaliste –, ils rencontrent plusieurs personnages Pokémon et découvrent alors un complot choquant qui pourrait bien détruire cette coexistence pacifique et menacer l’ensemble de leur univers.

Un scénario simple mais efficace

Je ne connais que très peu l’œuvre de Rob Letterman, si ce n’est Gang de requins (ou Shark Tales en Vo) dont je garde un souvenir mitigé, puisque je suis allé le voir en allemand sans sous titres lors d’un séjour linguistique, bref…

Il faut dire que le film commence part une chasse aux Pokémons sauvages dans les hautes herbes avec Tim Goddman (Justice Smith) et son ami qui capturent un Osselait, enfin qui essayent, plutôt. Et rien que ce premier Pokémon nous renvoie, nous, trentenaires, à l’époque de la Game Boy Color et les premières cartouches Rouges et Bleues. #DouceNostalgie

Mais dans sa vie morne en tant que vendeur d’assurances, Tim apprend que son père a disparu et il embarque alors pour Ryme City. On nous explique que c’est une ville fondée par Howard Clifford, philanthrope milliardaire, ou les humains et les Pokémons vivent en harmonie et ou les combats entre Pokémons sont illégaux.

PIKA PIKA :3

Il rencontre alors un collègue de son père : le Lieutenant Hide Yoshida (Ken Watanabe) qui lui explique que son père est vraisemblablement décédé. Tim n’a alors plus qu’aller vérifier l’appartement de son père pour prendre quelques affaires importantes puis revenir à son train-train routinier dans sa ville natale.

Dans l‘appartement de son père, cependant, il rencontre un (adorable) Pikachu arborant un superbe « Deerstalker » et qui…parle ?!  Mais pas genre « je comprends le sens général de ce qui tu veux me faire ressentir » mais genre Miaouss dans la série animée, sauf que seul Tim peut le comprendre.

Ainsi, à eux deux, ils vont tenter de retrouver le père de Tim et démasquer  les personnes sur lesquelles ce dernier enquêtait.

Comme d’habitude, je ne dévoile jamais trop l’intrigue (#SpoilerFree) et je vous fais confiance pour aller voir le film !

Des créatures plus vraies que nature

Le premier constat est celui de nos mirettes : les Pokémons sont plus vrais que nature et à l’exception d’un ou deux, ils sont tous mignons, mais genre ❤ MIGNOOOONS KAWAI ❤ , l’extrait ci-dessous vous convaincra un peu plus par rapport à mon affirmation, regardez-moi ce petit carapuce tout mimi <3 .

Et c’est un tour de force d’avoir autant réussi ces Pokémons photo-réalistes, notamment Pikachu qui est vraiment bluffant à certains moments, le moindre poil et surtout la moindre expression faciale est vivante. D’ailleurs, pour mieux coller à la voix, sachez que toutes les expressions de Pikachu ont été basées sur les expressions de son interprète: Ryan Reynolds.

Bon ensuite il n’y a pas de mystères, la boite qui a travaillée sur les effets spéciaux a eu des directives très strictes de The Pokémon Company, à savoir de les rendre le plus mignon possible, autrement dit: Mission accomplished. D’ailleurs, pour la petite histoire, ils n’ont vraiment pas apprécié l’apparition (et les actions) d’excelangue au début du film.

Bref, tous les pokémons sans exceptions sont d’une rare qualité photo-réaliste, sans jamais être dans l’Uncanney Valley.  On a envie de caresser un caninos de la police ou d’étreindre dans ses bras le Pikachu. Si vous ne le voulez pas, je ne sais pas ce qu’il vous faut.

Le fait d’apporter Mewtwo dans le film permet aussi de faire un lien canonique entre ce film et la série, ce qui n’est pas déplaisant du tout car l’on pourrait, un jour peut-être avoir affaire à un Sacha Ketchum adulte qui pourrait aider Tim dans une enquête. #PayeTonCrossoverDeOuf

Quelqu’un veut un peu de Pikachu grillé?

Quelques regrets cependant

Malheureusement une partie du film est gâchée par quelques simplicités scénaristiques, notamment avec des éléments en scenarium  ou de facilité d’écriture pour le final.

Sans parler du jeu d’acteur de certains, qui surjouent un petit peu, certaines créatures ayant une palette d’émotion plus authentique.

Conclusion

Quand on adapte un jeu vidéo (parce que, oui, je dois rappeler qu’il existe le jeu Détective Pikachu), on est souvent déçu (Resident Evil, Tomb Raider, sans compter la liste de l’abominable liste d’étrons laissé par Uwe Boll). autant ici, le media est parfaitement respecté et suit une trame qui ravira les plus jeunes et qui intriguera les moins jeunes. Sans parler de la campagne Marketing et le (faux) leak proposé sur Youtube par l’acteur Ryan Reynolds lui-même, ça en devient presque hypnotique.

Note: KAWAIIII <3 / 20

Pokémon: Détective Pikachu

Réalisé par Rob Letterman

Écrit par Dan Hernandez, Benji Samit, Rob Letterman, Derek Connolly 

Basé sur les jeux Pokémon créés par Satoshi Tajiri, Ken Sugimori, Junichi Masuda

avec Justice Smith, Ryan Reynolds, Ken Watanabe,  Kathryn Newton, Bill Nighy

Warner Bros 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *