Hellboy – Neil Marshall

Hellboy, de retour à Londres après une mission pour le BPRD, va devoir affronter la reine Nimue, pour sauver le monde de sa destruction.

Hellboy a bénéficié de deux premiers volets réalisés par Guillermo Del Toro, qui ont eu un accueil plutôt bon du grand public. La touche fantastique et quelque peu magique de Del Toro semblait assez bien coller au personnage de Mignola. Pourtant malgré les rumeurs et autres discussions pour un 3ème opus, Mignola annonce personnellement en mai 2017 que le film suivant sera un reboot et qu’il sera réalisé par le réalisateur de The descent : Neil Marshall. Mike Mignola déclare que le film sera plus horrifique et plus sombre, et par là même : plus adulte.

En Juin 2017, David Harbour (récemment vu dans Stranger things ou encore Suicide Squad), est confirmé dans le rôle principal succédant à Ron Pearlman (qui déclare avoir approuvé ce choix, dans le Hollywood Reporter de juin 2017). Mignola à la production, aura un œil sur ce projet.

Le film démarre sur une scène d’un autre temps où l’on peut voir la reine Nimue (campée par Milla Jovovich toujours aussi insipide, mais ce n’est que mon avis, je ne l’aime toujours pas), en désaturation partielle (assez dégueulasse), se faire abattre, à grand renfort de sang et de démembrements. L’ambiance est posée. Et franchement, je vais vous le dire de suite. C’est pour moi la scène la plus nulle du film. Oui oui, vous avez bien lu. Je l’ai trouvé fun ce Hellboy. Pas du tout le ratage, dont j’avais entendu parler. Comment, pourquoi ? Je suspecte que les fans des films aient été unanimement déçus par la déclaration de Del Toro de ne pas vouloir faire un 3ème opus malgré ce qui était prévu. Hum, certes. Cela ne devrait pas vous empêcher d’être objectifs. Oui ce film a quelques ratés de montage, oui il n’est pas parfait, non ce n’est pas Ron Pearlman. Mais comment pouvez-vous dire qu’un film entièrement sous la coupe de Mignola et approuvé par ce dernier, n’est pas fidèle à l’oeuvre d’origine ? Au contraire. Ce Hellboy est probablement graphiquement et par son scénario, le plus proche de ce qu’on pouvait attendre de cette adaptation. Milla n’est pas fantastique en Nimue mais ce n’est pas non plus la catastrophe ultime. Il y a un certain second degré dans tout ce qui touche aux personnages et probablement de nombreux clins d’œil que je n’ai pas relevés (par totale méconnaissance des uns et des autres,j’avoue). Il y a du fan service, il y a du bestiaire. Tout ce qu’il faut pour un film horrifique, non ?

Certes le scénario semble plus proche d’une série ou d’un film TV (en terme de montage), il n’en reste pas moins des plans magnifiques et une photographie tout à fait réussie. Les SFX sont inégaux, mais vraiment ce n’est pas aussi flagrant que j’ai pu l’entendre. Soyons clairs, je suis un public lambda et non une spécialiste incontestée des SFX et autres plans de montage. Dans mon regard, ce qui ne me plaît pas n’est pas unanimement décrié par la critique. Je peux même vous dire que j’ai été choquée par les très mauvais effets des marcheurs blancs ou des dragons dans GOT alors qu’environ 80 % de mes contacts ont trouvé ça génial. Oui mais non. C’est pas parce que tout le monde crie au génie, ou à la loose que je serai forcément d’accord. Et là je vous le dis : ça passe et plutôt bien même (à l’exception des fantômes vomis que j’ai trouvé très laids). Les scènes de bagarre et autres tortures sont correctement maîtrisées, tout est fait pour que nous passions un bon moment, tout à fait comme dans la BD. C’est orienté BPRD, comme certains des comics. Il n’y a rien de bien choquant à cela.


A ceux qui parlent de « ne pas respecter l’oeuvre d’origine » je ne répondrai qu’une chose : la légende arthurienne est présente dans la BD et les plans d’apocalypse sont directement pris du comics. Et oui, Hellboy est beaucoup moins poétique et ténébreux que ne le laissait paraître Del Toro, contrairement à ce qu’on pourrait penser. La scène d’apocalypse est absolument remarquable et le côté brut et pulp, presque sauvage, montre un Hellboy authentiquement retranscris.

Le seul vrai souci réside pour moi dans les personnages secondaires, on a oublié Abe Sapiens pour Lobster Johnson. Cet échange n’était pas nécessaire, Lobster Johnson ne sert quasi à rien, quoiqu’il fasse partie du BPRD. J’ai par contre apprécié le personnage de Ben Daimio, que j’aurai aimé connaître un peu plus avant. J’ai lu ici et là que le personnage avait été campé à la dernière minute par Daniel Dae Kim (absolument parfait d’ailleurs), remplaçant Ed Skrein quasiment au pied levé. Il n’empêche que le personnage arrive tard dans l’histoire, dommage.

En bref, j’ai aimé ce film. Un peu d’humour (pas toujours réussi), des membres qui volent, un côté fun qui ne ferait pas mentir kickass, un coté horreur version apocalypse, une légende arthurienne revisitée. Certains diront que c’est trop gros comme mélange, moi j’y ai trouvé mon compte, avec au passage une envie de lire tous les Hellboy.

Finalement, Mignola lui, il est content de son film, et moi je suis une fan de Mignola. Alors je suis contente. Faites-vous votre propre opinion et ne lisez rien !!!!

Hellboy

d’après l’oeuvre de Mike Mignola

réalisé par Neil Marshall 

avec : David Harbour, Milla Jovovich, Sasha Lane, Ian McShane

Lionsgate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *