Hexenhammer – Burning Witches

Burning Witches revient avec un tout nouvel album, marqué su sceau de la sorcellerie puisqu’il ne porte pas d’autre nom que Hexenhammer, le Marteau des Sorcières, datant de l’Inquisition. Nous allons donc nous frotter à un quintet féminin de feu qui va nous parler sorcellerie à travers douze pistes enflammées. Si vous voulez en savoir plus sur le groupe et l’album je vous invite à aller jeter un œil (et reprenez-le elles pourraient s’en servir pour leurs potions) à l’interview sortie il y a peu. Mais poussons plus loin la découverte de ce Hexenhammer maintenant…

L’introduction sur The Witch Circle pose une ambiance inquiétante, emplie de sorcellerie et de mystère, juste avant que les riffs de Executed ne viennent nous en mettre plein les oreilles ! Et là immédiatement la patte heavy se ressent : des riffs incisifs, un chant légèrement rauque et une puissance présente à chaque instant. Cela donne immédiatement la tonalité de l’album… Et ce n’est pas Lords of War qui va me faire mentir avec de nouveau un tempo saccadé et des emballements sur les refrains avec toute la puissance des guitares. Open Your Mind reprend le même type de rythmique très enlevé avant que la température redescende un peu avec l’excellente ballade Don’t Cry My Tears. Même sur des tempo plus lents les allemandes gèrent à merveille leur affaire et proposent une musique réellement prenante. Maiden of Steel reprend là où nous nous étions arrêtés auparavant avec des grattes lourdes à souhait et un chant emballant. Pour moi il s’agit de l’une des meilleures chansons de l’album d’ailleurs.

Avec Burning Witches j’ai eu l’impression de retrouver un intéressant mélange entre Accept et Battle Beast, mais avec leur propre patte ce qui rend la chose encore plus intéressante. Dungeon of Infamy ne va pas me faire mentir avec une excellente introduction samplée rappelant les bruits des geôles où étaient enfermées les sorcières avant que la guitare ne vienne proposer ses harmonies puissantes par-dessus. Hexenhammer, Possessed et Maneater reprennent le même type de rythmique, aidant à donner une cohérence à l’album dans son ensemble avec toujours ce duo de puissance bien construit : guitares et voix. Holy Driver qui conclue la galette propose un condensé presque plus épique de la musique du groupe de manière assez chaloupée et immersive.

Avec Hexehammer les Burning Witches proposent un excellent album de heavy : bien construit, bien réalisé et bien joué. On reste dans du heavy metal classique qui ne révolutionne absolument pas le genre, mais qui c’est certain lui donne ses lettres de noblesse…

Hexenhammer
Burning Witches
Nuclear Blast
2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *