Antagonist – Praise The Plague

Les allemands de Praise The Plague sont venus jusque sur nos rivages nous proposer leur nouvel album, sorti en septembre, Antagonist. Les Berlinois proposent une musique profonde, à la frontière entre le doom, le black et le sludge. Autant vous dire que ça colle délicieusement aux oreilles ! N’attendons plus et entrons dans ce bain de noirceur qui nous est proposé…

L’intro de Inferno, avec son piano, est juste magnifique. Juste avant que le son ne se fasse d’un coup plus lourd, plus profond, les guitares prenant une place capitale dans la composition. Entièrement instrumentale, cette première piste de deux minutes offre une entrée en matière dans l’univers du groupe. Anatomy of Possession qui vient ensuite nous fait entrer dans le gras du sujet et, clairement, nous sommes face à du Doom/Black de qualité. Les guitares sont puissantes et saturées, le chant crié est parfaitement amené, conservé lointain par rapport à la musique dans un premier temps, comme si le chanteur se tenait éloigné de nous, comme enfermé dans les ténèbres. Blackening Swarm nous donne vraiment cette sensation de masse grouillante contre nos jambes tant on pénètre profondément dans la musique. La compo instrumentale est magnifique, mettant en avant tout ce que l’on aime dans le doom, auquel la voix de Robert, très black, vient s’ajouter.

Minatory Aeons se fait encore plus ténébreux (si si c’est possible !) et continue de nous faire voyager dans l’ambiance glauque à souhait du groupe. Personnellement j’adore même si ça ne plaira pas à tout le monde. Darkest Of Seas qui vient ensuite plonge toujours plus loin dans un océan de noirceur lors de son introduction avant que les instruments ne viennent se mettre en place par-dessus. Les mélodies lancinantes des guitares donnent presque le mal de mer tant elles sont puissantes et tournent sans cesse. Et l’album se conclue sur Antagonist. Très doom au niveau de ses tonalités et rythmiques on a l’aperçu parfait de ce que vaut la musique du groupe, et cela sur presque six minutes.

Ce Antagonist frôle clairement la perfection tant dans la composition que dans l’alchimie entre chant et musique. Le mélange impeccable de doom, de sludge et de black fonctionne de bout en bout et vraiment j’ai adoré comme rarement cet album. Amateurs du genre, il faut vous précipiter dessus sans la moindre hésitation !

Antagonist
Praise The Plague
Black Omega Recordings
2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *