Entretien avec Hervé, chanteur et guitariste de The Walk

the-walk-3

eMaginarock : Bonjour et merci de répondre à ces quelques questions. Est-ce que tu pourrais tout d’abord te présenter, et nous expliquer ce qu’est exactement The Walk ?

Hervé : Je m’appelle Hervé et je suis le chanteur de The Walk, un groupe de rock alternatif qui s’est formé à Strasbourg il y a quatre ans. Le projet est né de ma rencontre avec Nicolas, le joueur de taru du groupe. Nous avons commencé en acoustique d’abord, à répéter dans une cave. On a trouvé cela intéressant et on a commencé à composer et à monter le groupe en ajoutant un batteur et un bassiste, qui sont venus nous rejoindre après.

M. : Et comment en es-tu venu à jouer de la guitare et à chanter ?

H. : Le chant m’est venu naturellement, je chantais seul dans ma chambre sur les groupes que j’aimais comme Queen, les Stones, et finalement de fil en aiguille l’imitation est devenu de la création. Et j’ai commencé la guitare pour m’accompagner. J’ai par la suite fait des études dans ce domaine et j’en ai fais mon métier finalement car j’enseigne par ailleurs.

M. : Pourquoi le rock alternatif, vu tes influences ?

H. : Je voulais faire autre chose que ce que je considère comme le rock d’une époque. Nicolas a ramené sa part de musique ethnique également ce qui nous a conduit à faire cette musique. Au début on était un peu paumé pour définir notre style. Ailleurs qu’en France, le rock alternatif ça parle aux gens car ça permet de caler les projets un peu bizarres, étranges… tout en se permettant de faire des morceaux classiques s’ils en ont envie. Et finalement on rentre dans cette case.

the-walk-2

M. : Et cet instrument bizarre que j’ai vu sur scène (l’interview a eu lieu après un concert du groupe), c’est quoi exactement ?

H. : Le taru est un instrument contemporain créé par un luthier australien qui s’est inspiré d’un instrument turc et Nico a rencontré cet instrument par hasard. Il devait apprendre, en Crète, à jouer d’un instrument typique avec un maître, et alors qu’il faisait le cours il a reçu le colis contenant le taru qu’il avait commandé. A partir de ce moment il a décidé qu’il voulait en jouer. Ca a la même tessiture que le violoncelle, plus ou moins, et ce sont les mêmes cordes. On dit violoncelle oriental.

M. : The Walk est un groupe indépendant, comment avez-vous fait pour l’album ?

H. : Nous l’avons produit en indépendant via un Kiss Kiss Bank Bank afin de financer une partie de l’album.

M. : Et est-ce que c’est difficile de se faire connaître en indépendant du coup ?

H. : Le nombre de groupes ne fait qu’exploser à l’heure actuelle. Internet facilite tout mais en même temps permet cette masse. Donc sortir du lot quand tu fais quelque chose d’alternatif est vraiment compliqué. A notre échelle on veut juste jouer et rencontrer des partenaires intéressants.

the-walk

M. : Et justement vous arrivez à faire beaucoup de concerts en dehors de la région est ?

H. : On essaie de notre mieux même si ce n’est pas toujours simple. Les salles subventionnées sont limites niveau budget, et si tu n’es pas connu dans la région et tout c’est encore plus compliqué parce qu’ils ne savent pas si tu draines du public… Par exemple c’est notre premier concert à Paris.

M. : Et est-ce qu’il y a d’autres dates de prévues déjà ?

H. : Sur Strasbourg en octobre et quelques dates dans l’est à finaliser. Le site internet annonce toutes les dates.

M. : Est-ce que tu peux, en cinq mots, me dire pourquoi les gens devraient écouter The Walk ?

H. : Question ardue… Envie d’écouter une musique un peu différente ? OK j’ai dépassé…. (rires)

M. : Quel est ton pire souvenir sur scène ?

H. : Un bad-trip à Montpellier, dans une toute petite salle où le public était à cinquantaine de centimètres de nous, avec un peu de panique. Du coup, fumer avant les concerts c’est fini.

M. : Quand on est musicien, est-ce que c’est compliqué à gérer avec la vie personnelle ?

H. : Ça dépend des cas je pense. Personnellement j’ai une famille, je gère ça avec ma compagne et on s’arrange entre nous. Peut-être que si un jour je me retrouve à tourner pendant des mois on devra en rediscuter (rires).

M. : Merci pour tes réponses, et bonne chance pour la suite des aventures de The Walk !

Entretien réalisé par Thomas Riquet et Red Fox à l’occasion de la Dooweet Night

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *