Ipso Facto – Elyose

Ipso-facto-ElyoseLes groupes de métal français sont de plus en plus nombreux sur la scène actuelle et je dois dire que j’adore assez parler d’eux, cela me permettant de changer des éternels groupes américains ou scandinaves. Ipso Facto est mine de rien le deuxième  album de ce groupe qui sait mêler avec un talent non feint l’éléctro, le chant et surtout des guitares puissantes. Que de bons premiers éléments qui donnent vraiment envie de pousser plus loin la découverte. La pochette met en avant Justine Daaé, la chanteuse du groupe et le cliché est particulièrement réussi, le jeu d’ombre et de lumière, ainsi que le contraste entre le rouge et le noir étant très bien mis en œuvre.

Mais il est temps de commencer l’écoute avec Fragrances, une première piste entièrement instrumentale qui nous place doucement dans l’univers du groupe. Essentiellement électro elle propose quand même un jolie place à la batterie. Un très bon point pour le début de l’album. S’ensuit Femme de verre et là je découvre que le groupe chante en français ! Excellente surprise puisque je reste un convaincu que la langue de Molière a parfaitement sa place sur la scène métal alors que trop de groupe de chez nous cherchent à s’internationaliser en proposant des chansons en anglais. C’est dommage puisque finalement ce sont presque les groupes étrangers (Thérion, Moonspell,…) qui chantent plus en français que nos compatriotes. Mais revenons à nos moutons avec ce premier vrai morceau de l’album. Il commence avec de la batterie et un tourbillon auditif qui embarque directement l’auditeur. La voix de Justine vient ensuite poser les paroles et le rythme imposé par la musique semble à merveilles servir la composition globale. Un excellent premier morceau qui pose directement le style d’Ipso Facto. De guerre lasse était le premier morceau proposé au public par le groupe avant la sortie de l’album. Les premières notes m’ont fait pensé à du Superbus boosté aux hormones et cela n’a pas été pour me déplaire. L’ensemble du morceau est très dynamique et à aucun moment le rythme ne baisse laissant une excellente impression à la fin de l’écoute. L’animal-aimé est la piste suivante et le style se fait plus lourd, plus métal, et cela ne fait pas de mal puisque sur les morceaux précédents on aurait presque pu croire écouter un album de musique électronique mâtinée de métal. Mais avec ce quatrième morceau on replonge dans quelque chose de plus proche de ce que j’aime habituellement. Très bien posée, cette chanson démontre encore une fois le talent de composition du groupe qui parvient vraiment me surprendre à chaque instant. Plus qu’humain est une collaboration avec Florent Jannier et une fouis de plus on retrouve dès l’intro des rythmes de guitares très lourds, très métal. Le duo de voix, celle de Justine très claire et celle de Florent très sombre et caverneuse, se mêlent à merveille. Clairement l’un des meilleurs moments de l’album.

On arrive maintenant à la moitié de l’album avec Chronocide, qui est un excellent morceau, bien dans la veine de l’ensemble. S’ensuit Mon charme, morceau plus posé, plus zen au début, avant de vraiment prendre son envol par la suite. Le refrain est pour le coup particulièrement beau et je me suis envolé sur ces notes vraiment parfaitement amenées. L’un des meilleurs moments de tout Ipso Facto. Le premier clip du groupe, que vous pouvez voir ci-dessus, est dédié à la chanson Rédemption. Celui-ci représente assez bien le groupe et son ambiance musicale donc je vous laisse le découvrir. L’atmosphère sexy du clip se retrouve un peu dans les paroles mais sans que cela devienne obsédant. L’univers proposé par le groupe ouvre parfaitement à ce type de réalisation visuelle. Du très très bon travail à la fois pour le morceau et pour le clip. Et on attaque la dernière ligne droite de l’album avec Pour un écu, chanson ressemblant à un conte gothique raconté par une voix cristalline et amené par de lourdes guitares. Un très bon moment même si le morceau ne se démarque pas par rapport aux autres. Droit dans les yeux revient à quelque chose de toujours plus métal, C’est un peu le soucis avec les albums réellement bien conçus : au bout d’un moment la qualité étant toujours aussi bonne je ne sais plus quoi dire sur chaque titre… Ce qui finalement est plutôt bon signe non ? Passons au dernier morceau de cet album : Contretemps. Celui-ci commence de manière acoustique et douce, finissant par une note calme un album empli de rythmes, d’une foultitude de bonnes choses. Une excellente conclusion.

Ispo Facto m’a permis de découvrir le groupe Elyose et franchement c’est une magnifique découverte. Ce troisième album est un petit bijou que tous les fans devraient apprécier, et qui surtout devrait leur amener un nouveau public. Je suis maintenant assez curieux de voir ce que peut valoir ce groupe en live, donc si j’en ai l’occasion je vous ferais une petite review live si j’ai l’occasion de les croiser. En attendant j’espère pouvoir vous proposer assez rapidement une interview afin que vous puissiez en découvrir plus sur eux.

Ipso Facto
Elyose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *