Stormdancer – La Guerre du Lotus T1 – Jay Kristoff

StormdancerJ’ai déjà dit régulièrement qu’il était dommage de voir peu de romans et de saga reprendre des univers mêlant la culture japonaise à la fantasy. Car il y énormément à faire avec ce genre de culture, pour preuve la Trilogie de l’Empire de Raymond E. Feist qui reste l’une des séries phares du mélange des cultures. Eh bien ce que je peux vous dire c’est que la saga de Jay Kristoff rentre également directement dans cette catégorie.

La couverture est pour sa part totalement réussie avec une mise en avant du personnage de Yukiko particulièrement réussie avec un fond orient de toute beauté. Ici le lecteur ne s’y trompera pas : l’action se passera dans un univers aux accents de samouraï et de katanas ! La quatrième de couverture vient confirmer cette impression :

On disait éteinte la race des griffons, ces créatures mythiques menées par les danseurs d’orage. Pourtant, Yukiko et son père reçoivent l’ordre d’en capturer un pour le cruel shogun des îles de Shima. Contre toute attente, ils y parviennent, mais Yukiko se retrouve perdue dans une forêt sauvage, avec pour seule compagnie un griffon mutilé qu’elle nomme Buruu.

Unis dans l’adversité, la jeune fille et l’animal s’entraident. Yukiko serait-elle la véritable danseuse d’orage, ultime espoir du peuple ?

Stormdancer est un des rares romans qui vous prennent dès la première page pour ne plus vous lâcher. Les anglo-saxons sont experts en la matière et une fois de plus j’en ai eu la démonstration. Mêlant de manière particulièrement intelligente la mythologie et la société médiévale japonaise avec une ambiance steampunk donnant un ensemble du plus bel effet et surtout ce roman m’a vraiment pris au débotté. J’ai tendance à dire que tous les romans de fantasy actuels ont tendance à se ressembler, à reprendre sans cesse des univers de med-fantasy mâtinés de ficelles scénaristiques classiques à souhait. Mais là, la surprise a été plus qu’agréable… Cela m’a également rappelé un peu l’univers de Legend of the Five Rings, un jeu de cartes et JdR se déroulant dans le même type d’ambiance.

Le scénario proposé par Jay Kristoff est de bonne qualité même s’il reprend le classique de la quête impossible. Toutefois il parvient à surprendre avec quelques rebondissements que je n’ai pas vus venir du tout. La conclusion du roman est également étonnante et ouvre sur une possibilité franchement inattendue pour la suite de la série.

Le personnage central de Yukiko est lui aussi une sorte de classique dans sa conception psychologique, tout comme Masaru, Akihito, et les autres mais l’ensemble a une cohérence par rapport à l’univers et au récit qui font que cela ne choque absolument pas.Mon personnage préféré reste malgré tout le Renard Noir, Masaru, qui est vraiment ambivalent et attachant pour le lecteur.

Le style ainsi que la traduction sont de bonne qualité. Bragelonne a fait depuis quelques temps de gros efforts là-dessus et cela se ressent vraiment au niveau du plaisir de lecture global et Emmanuelle Caste-Castrio a su nous proposer une traduction de qualité. Jay Kristoff nous propose des descriptions précises de son univers mais sans que celles-ci deviennent soporifiques. De l’excellent boulot d’écriture donc.

Stormdancer est un premier tome de grande qualité pour une série qui s’annonce comme tout à fait exceptionnelle. Le mélange des genre et des cultures fonctionne extrêmement bien, les personnages parcourant l’univers y étant parfaitement adaptés. Sortant des trames classiques du genre fantasy Jay Kristoff parvient à nous proposer un roman exceptionnel qui mérite réellement le détour…

Je vous propose ci-dessous la vidéo promo du roman qui m’a particulièrement amusé…

Stormdancer
La Guerre du Lotus T1
Jay Kristoff
Bragelonne
22 €

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *