Les 81 Frères – Chroniques de l’étrange T1 – Romain d’Huissier

livre-les-81-freresL’imaginaire asiatique est, à mon sens, trop peu présent à l’heure actuelle sur les étals de nos amis libraires et je dois dire que cette nouveauté des éditions Critic, signée par Romain d’Huissier, l’un de nos chroniqueurs jeux de rôle, est une petite merveille. Amateur que je suis d’urban-fantasy je n’ai pu qu’être séduit par le nouvel univers proposé ici donc je vous invite à une ballade dans Hong-Kong, à la suite de Johnny.

La couverture illustre à merveille ce roman, nous plaçant directement au cœur des rues de Hong-Kong avec un Johnny visiblement en attente d’un quelconque danger. Une chouette dynamique illustrative qui permet une entrée en matière immédiate. Un petit mot sur l’objet, avec sa couverture rigide, très beau. Une belle réussite technique la part de Critic en tous cas, qui avec sa quatrième convainc aisément de se plonger dans le roman :

Sous les néons de Hong Kong rôdent démons et fantômes.
C’est le quotidien de Johnny Kwan, exorciste. Mais quand un richissime amateur d’antiquités fait appel à lui pour récupérer un manuscrit de sorcellerie volé dans de mystérieuses circonstances, il ignore que de la réussite de son enquête dépendra l’ordre de tout ce qui vit sous le Ciel.
Atteint par la perte de son mentor Eric Tse, illustre exorciste brutalement assassiné, Johnny devra naviguer entre rois-dragons avides et triades vengeresses, mais également combattre ses propres démons.

Le roman débute sur les chapeaux de roues avec une première mission pour Johnny Kwan, exorciste de son état qui affronte deux créatures de cauchemars au sein de la boutique d’un petit herboriste. Digne d’un début d’épisode de série télévisée cette première vision du héros, par moment totalement démuni devant ces monstres. Et ensuite on en apprend beaucoup plus sur le héros, son travail, la manière dont il subsiste et surtout l’auteur nous explique pourquoi un exorciste dans une ville moderne comme Hong-Kong. Alternant scènes d’action, moment émouvants (le fantôme de la gamine m’a vraiment touché pour le coup), et explications du bestiaire asiatique, Romain d’Huissier nous livre un roman de très bonne facture scénaristique qui, mène si effectivement il ne révolutionne pas le genre, a le mérite de lui donner une ouverture autre qu’une ville américaine lambda. Le principe de la double-intrigue, classique lui aussi, n’en est pas moins bien fait et amène une fraîcheur au roman.

Le rythme est quielque chose de particulièrement important dans un roman d’urban-fantasy et ça pour le coup l’auteur le maîtrise à merveille. En effet son alternance de moments mouvementés et plus calme est parfaitement logique, bien amenés et les péripéties s’enchaînent sans efforts apparents. Les quelques 350 pages du roman se dévorent sans difficulté, me rappelant la rapidité et la fluidité de lecteur de certains page-turner américains.

La fluidité est effectivement le mot-clé de ce roman puisque celui-ci aurait pu facilement se transformer en explication par le menu d’un bestiaire fantastique totalement étranger à nos contrées, devenant rapidement pénible. Or ici rien de tout ça, on apprends des choses sans s’en rendre compte, ingurgitant énormément d’informations offertes par l’auteur avant de les voir réutilisées par la suite.

Les 81 Frères est donc un excellent premier tome de série, qui devrait nous emmener encore un bon moment sur les traces de Johnny. Facile à lire, bien monté, cohérent, un très bon roman pour cette fin d’année qui s’annonce visiblement riche en petites pépites, au sein desquelles ce titre ne viendra pas déparer… Si vous en avez marre du classique vampire, jetez-vous sur ce titre, dépaysement garanti !

Les 81 Frères
Chroniques de l’étrange T1
Romain d’Huissier
Editions Critic
22 €

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *