Roverandom – J.R.R. Tolkien

9782266240697Le jeune Michael Tolkien a perdu son jouet fétiche, un petit chien de plomb. Pour le consoler, son père imagine un conte extraordinaire. Celui du jeune chiot Rover qui, pour s’être montré insolent avec un magicien, est transformé en minuscule jouet. Une nuit, Cendré le goéland l’emporte vers la lune. Rover y découvre alors le Lunehomme et le Lunechien, le Dragon Blanc et son nouveau nom : Roverandom.

Tolkien ravit ses lecteurs avec un superbe conte empruntant aussi bien aux Mille et une Nuits qu’à La Petite Sirène d’Andersen tout en dévoilant sa propre mythologie. Histoire racontée à son fils Michael après la perte de l’un de ses jouets, Roverandom est un petit bijou du conte merveilleux montrant à quel point le bonhomme maîtrise les codes de la littérature.

Pocket nous gratifie d’une belle introduction par Christina Schull, décodant le sous-texte du conte ainsi que le contexte dans lequel il a été écrit. De nombreuses notes (répertoriées à la fin) nous éclairent au fur et à mesure de notre lecture. Les subtilités grammaticales et de ton sont également retranscrites afin de nous faire profiter des jeux de mots originaux.

La couverture de John Howe n’est pas très agréable à regarder et est loin de représenter correctement le travail du dessinateur. De plus, elle est assez trompeuse et ne donne pas du tout l’idée de l’histoire.

Comme pour la plupart des héros de conte, Roverandom est projeté dans deux univers qu’il ne maîtrise pas et son histoire s’écrit sans qu’il ne puisse la contrôler. Les pages se succèdent et les aventures du petit chien aussi! La magie et le merveilleux flottent au-dessus d’une intrigue au final bien ficelée et carrée, même si les événements auxquels on assiste sont pour le moins étranges.

Dans la première partie, Roverandom se retrouve sur la lune auprès du Lunehomme et de son Lunechien qui a le malheur de porter le même nom que notre héros! Cette partie proche d’un conte classique de Grimm ou Perrault pose déjà les bases de sa mythologie avec les noires araignées, mais aussi le Dragon Blanc qui préfigure la naissance de Smaug. Si le Lunehomme est un magicien débonnaire et paternel (Gandalf?), la palme revient à Artaxerxès, magicien bougon et colérique qui a transformé le pauvre Rover en jouet et est loin de maîtriser son art. 

La seconde partie au fond de la mer avec son magicien Artaxerxès ayant épousé une sirène, est la plus palpitante. Il est difficile de faire une pause dans sa lecture tant on est happé par l’histoire que nous raconte Tolkien! De plus, on attend depuis quelques pages le face à face entre Rover et le magicien pour que celui-ci lui rende son apparence normale. La mythologie nordique y est très présente et l’auteur la mélange habilement avec ses propres inventions comme les Terres Féeriques où vivent les Elfes. On notera une belle référence à Pinocchio avec la baleine Uin qui transporte Roverandom dans sa gueule. Lorsqu’il en sort, il se trouve dans le palais des Flots et une nouvelle aventure commence soit une nouvelle partie de l’histoire et donc comme une renaissance pour le petit chien.

Dans Roverandom, Tolkien ajoute à son conte des pointes d’humour liées aux termes et à la grammaire employés comme l’a fait Caroll dans Alice. Certains noms sont imprononçables, certains lieux complètement décalés et on a souvent l’impression d’assister pendant 134 pages à une Tea Party sans fin! Il est cependant certain que la lecture en anglais du conte s’impose par la suite pour saisir toutes les subtilités.

CONCLUSION

Si l’on peut être rebuté par la complexité du Seigneur des AnneauxRoverandom donne aux lecteurs une histoire consistante et décalée; un vrai conte (commençant d’ailleurs par « Il était une fois… ») où les archétypes ne sont pas une énième fois utilisés. Roverandom est un conte dans sa structure prouvant la maîtrise du genre par Tolkien, mais il s’éloigne des histoires habituelles pour venir perturber nos repères et nous redonner un vrai goût du merveilleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *