Entretien avec Mariana Insomnia, photographe

On continue notre grande série sur les artistes underground avec cette fois Mariana Insomnia, photographe. Son imaginaire riche et ses photo empreintes de magie séduisent le public à coup sûr !

Bonjour, et merci de prendre le temps de répondre à mes questions. Peux-tu tout d’abord vous présenter et expliquer comment tu es devenue photographe ?

Bonjour !  Je m’appelle Marianna, j’ai 30 ans et je suis photographe d’art et costumière russe. Je suppose qu’un jour de ma vie, j’avais 16 ans, je travaillais dans un bureau que je détestais profondément et je venais de voir un appareil photo d’occasion bon marché à vendre. Je voulais juste me rendre un peu plus heureuse et j’ai acheté un appareil photo pour faire des autoportraits. J’ai vite découvert que j’aimais encore plus faire des portraits d’autres personnes.

Ton travail porte essentiellement sur des univers fantastiques, avec quelques ambiances gothiques. Comment commences-tu à créer des photos comme ça ? D’où vient la première idée d’une photo ?

J’ai toujours aimé les mondes fantastiques. Mon monde réel n’était pas exactement parfait, je venais d’un environnement assez rude.  J’ai donc trouvé du réconfort en fuyant et en émergeant moi-même dans les mondes imaginaires. J’ai juste trouvé certains univers de fantasy plus fascinants que d’autres.

Quand je vois tes photos, on est face à un mélange de Tim Burton, d’imagerie païenne et d’histoires de fantômes. Ce genre d’univers sont-ils ta source d’inspiration ?

Bien sûr, Tim Burton est une grande inspiration visuelle, il est comme le gothique Hollywoodien. J’aime ses premières œuvres. Je pense que le plus grand impact sur moi a été exercé par l’univers du Seigneur des Anneaux et aussi par la musique. La musique a été le salut de mon adolescence, en particulier mon groupe préféré – HIM – et aussi le premier album d’Evanescence.

J’ai vu que tes modèles sont surtout des femmes. Est-ce un choix ou est-ce que ça se passe de cette manière par hasard ?

Les femmes sont généralement plus partantes pour se costumer. Et les habits pour elles sont plus faciles à faire. Cette année, j’ai enfin commencé à faire des trucs pour hommes ! Restez à l’écoute !

Il y a toujours une touche de magie dans tes photos. Comment travailles-tu sur cet aspect de tes photos ?

Le post-traitement je suppose. J’utilise les outils de Photoshop pour changer les couleurs de mes photos, afin qu’elles  reflètent l’atmosphère que je veux leur donner. Je dis aussi toujours à mes modèles comment poser pendant la séance, afin qu’elles puissent refléter l’expression que je veux pour le personnage.

Sur quels matériels travailles-tu  (appareil, lumières, logiciels…) ?

J’ai surtout utilisé Nikon d80, récemment je suis partiellement passé au Nikon d300. Mon objectif bien-aimé est Nikon 85 1.8 D et récemment j’ai commencé à utiliser Nikon 35 2 D. J’adore les optiques fixes, je ne les changerais pour rien au monde !

Pour l’édition, j’utilise les produits Adobe : Photoshop et Lightroom.

Les costumes, comme le maquillage sont des parties vraiment importantes de ton travail. Les mannequins viennent-ils avec les projets, ou as-tu des tenues à louer, et des partenaires MUA ?

Je suis généralement la créatrice de tous les costumes, donc je stylise mes propres shootings. Je demande généralement à mon modèle de se maquiller ou nous embauchons une maquilleuse à qui j’envoie des références de ce dont j’ai besoin.

Mais parfois, les mannequins viennent me voir avec tout de prêt, c’est généralement quand c’est un shooting de cosplay. J’aime beaucoup aussi parce que c’est évidemment beaucoup plus simple pour moi en termes de préparation.

Tu sembles travailler essentiellement à l’extérieur. Est-ce un choix, parce que tu n’aimes pas le studio ?

C’est une nécessité j’en ai peur. Mon équipement est tout simplement trop bon marché, je ne peux même pas me permettre de shooter au crépuscule (rires) ! Je dois donc photographier à l’extérieur avec la lumière du jour. Mais je veux vraiment élargir mes possibilités, alors je vais essayer d’acheter un nouvel appareil photo cette année.

Combien de fois passes-tu habituellement sur chacune de tes photos ?

Cela pourrait être 5 minutes ou 2 heures, et vous ne pouvez jamais dire lequel ce sera avant d’avoir fini !

Nous vivons des temps où l’image a une vie chronométrée, tout va trop vite, il faut poster tout le temps… Comment vis-tu cette pression sur les réseaux sociaux ?

C’était un peu difficile jusqu’à ce que… mon pays fou ait interdit Instagram et la plupart de mon public qui était russe a cessé de l’utiliser. Ma statistique est follement mauvaise, mais je ne suis pas inquiète du tout. Et je ne poste jamais quand je ne veux pas, j’attends d’en avoir envie. Mais j’ai dû apprendre que je ne suis vraiment pas envieuse des gens qui dépendent ce réseau pour leur travail.

Es-tu inspirée par certains artistes que tu souhaites nommer ici ?

J’ai toujours du mal à répondre à cela, je ne pense pas être très inspiré par d’autres artistes haha. Mais voici mon photographe russe préféré : https://www.instagram.com/dcim.ru

Quelle est ta série de photos préférée ?

Je dirais celle-ci : https://www.deviantart.com/mariannainsomnia/art/Puppet-Master-715205876

Tue ne peux sauver qu’un seul livre, un seul album de musique et un seul film, lesquel seraient-ils ?

A Song of Ice and Fire de George Martin, Love Metal de George Martin, Fight Club de David Fincher

Instagram t’a-t-il vraiment aidé à te faire un nom ? Comment travailles-tu sur les réseaux sociaux ?

J’ai commencé mon Instagram beaucoup plus tard que tout le monde, parce que j’avais toujours mes œuvres sur mon compte personnel. Je suppose que le principal média social pour moi était Deviantart à l’époque, c’était celui qui a fait mon nom. Maintenant, c’est Facebook, puis Instagram. Je n’ai pas besoin de trouver des clients sur les médias sociaux, donc je pense que la pression pour moi est plus faible. Je poste simplement mes œuvres et je n’en attends rien en retour.

Sur quels autres sites peut-on trouver ton travail ?

La plupart de mes œuvres sont visibles sur VK (analogue russe à Facebook), Instagram, Facebook, Deviantart.

Y a-t-il un projet, un univers, dans lequel tu n’as pas déjà travaillé que tu voudrais mettre en photo ?

Oh mon dieu, tellement ! Ils me gardent même éveillée certaines nuits (rires)

Avez-vous quelques conseils à donner à quelqu’un qui veut essayer la photographie fantastique ?

C’est toujours la même chose de ma part : allez prendre des photos de ce que VOUS aimez. Ce n’est pas facile à faire, mais c’est la meilleure façon de grandir.

Merci beaucoup pour vos réponses et à bientôt sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.