Les mémoires de Vanitas S1 EP 6 à 12 – Tomoyuki Itamura

Les + :

  • décidément très beau !
  • belle ambiance vampirique
  • passages plus sombres
  • Vanitas se complexifie
  • nouveaux personnages intéressants

Les – :

  • rien ! Peut-être le passé de Noé que l’on aimerait voir un peu plus développé. 

Fin du XIXème siècle. Paris est en plein émoi à la suite d’attaques répétées de vampires. Pourtant, la règle d’or de leur communauté est de ne pas s’en prendre aux humains ! Un mal mystérieux semble ronger ces créatures immortelles… C’est en cette période troublée que Noé arrive dans la capitale. Né suceur de sang, il suit la trace du grimoire de Vanitas, artefact légendaire craint de tous les vampires. On dit qu’il permet à son détenteur d’interférer avec ce qu’il y a de plus sacré pour eux : le nom véritable, symbole même de leur vie. Le modifier peut les rendre fous, voire les anéantir. À bord de l’énorme vaisseau flottant sur lequel il a embarqué, Noé fait la connaissance d’un humain qui se prénomme…Vanitas ! Devant un Noé bouche bée, il dégaine le fameux grimoire et assure pouvoir guérir les vampires malades qu’on appelle des Maudits. 

! ATTENTION SPOILERS !

Après cinq épisodes qui posaient les bases de la série, ces nouveaux épisodes nous entraînent plus en profondeur dans l’intrigue et notamment sur la quête (et l’enquête) des Maudits qui semblent être créés par un vampire malade. L’investigation de Vanitas et Noé n’est pas sans risques, car les deux comparses vont buter sur un ensemble d’obstacles. D’abord les Chasseurs, ces hommes d’Eglise chargés d’exterminer les vampires. En la personne de Roland, Vanitas et Noé découvrent que la paix entre les deux peuples reste très fragile.

De nouveaux personnages font leur apparition, car les deux protagonistes se rendent dans le monde des Vampires, en miroir de celui des humains, accompagnés par la belle Dominique qui semble entretenir une relation ambigüe avec Noé. Le personnages est vraiment très chouette et mériterait d’être plus présent par la suite.

Lord Ruthven apparaît également. Personnage étrange, complexe et qui semble très puissant, on se rend assez vite compte qu’il ne va pas être l’allié de Vanitas. Il semble caché un secret et ses intentions sont trompeuses. Le personnage, très charismatique et au chara-design très intéressant, est sans doute l’antagoniste le plus intéressant à ce stade de l’histoire.

Le scénario fonctionne très bien, car il mélange habilement fantastique (avec beaucoup plus de touches horrifiques que dans les cinq premiers épisodes), comédie, steampunk et romance. Mais ce sont surtout les personnages qui sont vraiment tous parfaitement écrits et donc très attachants. On a vraiment envie de suivre les pérégrinations de Vanitas et de saisir enfin son objectif final. Quant à Noé, il vient déposer une pointe de douceur à l’intrigue ce qui est assez subtil, car il est le vampire et Vanitas l’humain !

A nouveau, il faut souligner la grande beauté des designs et de l’animation de cet animé. L’hommage à Paris est très explicite avec beaucoup de plans sur la capital, l’ensemble est assez romantique et peut-être un peu naïf, mais il y a un petit côté period drama british assez agréable. De plus, l’ambiance steampunk est toujours présente avec des effets carnavalesques réguliers (danses, bal, costumes, hallucinations de parades, masques, capes…) qui donne à certaines séquences un aspect presque peint.

CONCLUSION

Après la belle découverte de The Rising of the Shield Hero, Les mémoires de Vanitas est un nouveau coup de cœur dans le catalogue Crunchyroll ! C’est beau, bien écrit, parfois drôle (ce qui permet des respirations bienvenues vu le ton très sombre…) et souvent émouvant (avec surprise !).

A la fin de l’épisode 12, Vanitas et Noé se mettent en route pour le Gévaudan où la Bête qui a hanté la région au 18ème siècle semble être revenue. Mais ne serait-ce pas un Maudit d’une nouvelle sorte ?…

A suivre…

Disponible sur Crunchyroll : https://www.crunchyroll.com/fr/the-case-study-of-vanitas 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.