Des poulets, une île, des coups bas, des fourberies. Voilà ce que propose War for Chicken Island, un des derniers jeux de Légion Distribution. De 1 à 4 joueurs vont se battre pour le contrôle d’une île et tenter de renverser les autres Leaders. Machines, attaques frontales, sorts et retournements de vestes en tout genre sont de la partie. Va falloir serrer les dents pour s’en sortir ;)

Une mise en place à 2 joueurs. L’île n’est pas très grande, et, du coup, ça va fritter rapidement :)

Comme d’habitude avec Légion Distribution, on a affaire à du matériel de qualité. Tuiles, cartes, figurines, tout est impeccable.

La mise en place est des plus simple. elle commence par la constitution du plateau (l’île où vont s’affronter les leaders) de façon semi-aléatoire, ce qui confère une très importante rejouabilité.

Une fois l’île mise en place, on distribue au hasard 2 leaders à chaque joueur. Chacun en choisit un comme étant son premier leader. Ensuite, chaque joueur se constitue une réserve de ressources (qui vont servir à l’acquisition des machines, et leur bonne gestion est donc INDISPENSABLE à la victoire). Vient enfin la constitution de la pile de parchemins après mélange. Ces parchemins vont être utilisés tour à tour par les joueurs et vont permettre d’obtenir des effets plus ou moins imprévus qui risquent de changer le cours du tour :).

Ensuite, on commence à se fritter (ce qui, pour des poulets, est plutôt raccord ^^)

Le déroulement d’un tour est des plus simples :

1/ Lancer de dés

2/ Piocher un parchemin

3/ Actions (déplacement, construction, récupération, combat)

Simple et efficace.

 

 

Le choix des résultats des dés que l’on va garder ou non est prépondérant ! À ne pas prendre à la légère :)

Je vais un peu m’appesantir sur les dés spéciaux qui sont utilisés lors de la première étape et qui sont une des grandes originalité du jeu.

Lors de la première étape, le joueur lance les dés. Il va choisir de conserver – éventuellement – certains résultats. Parmi les résultats possibles, il y a : +X en force (temporaire) pour une machine, +1 (permanent) pour une machine, possibilité de récupérer des ressources 2 fois, l’étoile (qui permet d’effectuer des actions spéciales).

Vous l’aurez compris, le choix est pléthorique et il va bien falloir réfléchir à ce qu’on conserve, ou pas. Sachant que certains effets sont cumulables (comme les +X temporaires). Bref, à ne pas faire à la légère ^^.

D’autant que comme chacun dispose de son set de dés spéciaux, forcément, ce qui est fait chez l’un peut être éventuellement contré par un autre.

Ensuite chacun pioche une carte parchemin qu’il ajoute à sa main. Ces cartes ont elles aussi des effets différents : +x en attaque ou défense pour une machine, les stratégies (qui vont avoir une influence globale sur le(s) tour(s) de chaque joueur), etc.

Puis vient la phase action : là aussi, il va falloir bien choisir quoi faire : construire une machine (à condition d’avoir les bonnes ressources à disposition), se déplacer, attaquer, récupérer des ressources… Choix cornélien, là également. La machines sont de différent types ; de défense ou d’attaque, plus ou moins mobiles, plus ou moins puissantes… Les poulets sont en effet pleins de ressources ;)

Et puis enfin, la baston : ben oui, parce qu’on est quand même là pour déplumer son (ses) adversaire(s) et devenir le roi de l’île.

Et c’est là où il faut éviter de jouer (à mon avis) avec des mauvais perdants !

J’explique : lors d’un combat entre deux joueurs, chacun des belligérant va jouer une (ou plusieurs) cartes parchemin de sa main qui vont – forcément – avoir une influence sur la résultat dudit combat.

MAIS (et c’est là ou c’est fourbe – donc marrant :D ), c’est que les AUTRES joueurs vont eux aussi pouvoir jouer des cartes parchemin et décider à quel camp ils les offrent ! Vous imaginez un peu le b***** ? :)

Tentative d’attaque du Leader adverse, mais compliquée par la présence d’une tour et de la lave (infranchissable, sauf si une carte sort déclenche un effet).

C’est La deuxième force du jeu : c’est un jeu de FOURBES :D !

Et moi, les jeux de fourbes, j’aime bien. Alors bon, qui sème le vent récolte la tempête, parce qu’il est – presque évident que si vous venez en aide à un tiers lors d’un combat, attendez-vous à une riposte cinglante du poulet qui se sera fait déplumer. Mais bon, il faut prendre des risques dans la vie.

Ajoutez à tout ça la présence des tuiles lave, dont les cartes sorts peuvent déclencher des effets autant dévastateurs qu’aléatoire pour chacune des basses-cours en présence,  et des effets  assez surprenants de certaines cartes parchemin (dont je vous laisse la surprise), et vous aurez une idée du nombre de paramètres qu’il faudra prendre en compte pour tenter de devenir le roi de l’île.

—————————————-

Vous l’aurez compris, War for Chicken Island est tout sauf un jeu coop, où chacun va user de toutes les stratégies et fourberies à sa disposition pour déplumer le plus vite possible les poulets adverses et être proclamé roi de l’île.

 


 

Une précision : plus on est nombreux à jouer autour de la table, plus le jeu est FUN (et fourbe, encore une fois ^^).

 

Encore une fois, un très bon choix de la part de Légion Distribution (mais l’éditeur est coutumier du fait).

 

Philippe Pinon

Philippe Pinon

Trublion de presque 50 balais, touche à tout, autodidacte, tête de cochon. Après plus de 20 ans à effectuer un travail décérébrant, change de voie. Scribouillard, « traductier de l'impossible », il devient même éditeur (OVNI) en 2015 où il édite, accompagné de son associée et conjointe, romans et JdR. Mais ce qui le définit le mieux, c'est quand même le terme de "Gros Connard" (au grand cœur, malgré tout, pour ceux qui prennent le temps de fouiller au delà des apparences).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.