Combiner ce qui semble au départ être incompatible. C’est – ni plus ni moins – le pari un peu fou de Petersen Games avec ce supplément pour l’Ancêtre du JdR, qui va permettre de mélanger les univers de DD avec celui du mythe de Lovecraft.

En tant qu’ultra fan de ces deux jeux et de leurs univers respectifs, vous pensez bien que je me suis plongé dans la lecture de l’ouvrage avec autant d’envie que d’appréhension… Qu’en est-il donc ? Allons voir…

Le pari semble en effet un peu dingue. Ces deux univers semblent, d’un premier abord, tellement éloignés les uns des autres que cela relève de la gageure de parvenir à les mixer dans un ensemble cohérent.

Et pourtant, et je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, le pari est relevé HAUT LA MAIN par la team de Petersen Games. Cet ouvrage correspond parfaitement à la promesse qui est faite.

 

 

En effet, au travers des 400+ pages que comporte le live, les joueurs et les MJ trouveront tout ce qu’il faut pour incorporer des touches – plus ou moins importantes – de l’univers du Grand Ancien à celui de l’Ancêtre des JdR.

D’ailleurs, l’organisation de l’ouvrage ressemble à celle du Player’s Handbook de DD5. Les habitués se retrouveront donc en terrain connu. Ça commence avec une introduction générale qui donne des conseils sur la façon d’utiliser le contenu du livre dans vos parties/campagnes, avant d’entrer de le vif du sujet.

Tout y est : races, classes avec leurs options, historiques, sorts, objets, bestiaire. C’est complet et ultra exhaustif. Et chacun va pouvoir aller piocher dans le livre en fonction de ses attentes et de ses envies. Cela peut être fait par petites pincées, si vous envisagez de n’apporter qu’une légère coloration du Mythe à votre campagne, ou en basant cette dernière carrément dans l’univers de Lovecraft, en allant jusqu’à incarner des ascendances (oui, on évite de dire races) issues de la mythologie lovecraftienne (si, si !). Cela peut demander un sacré travail, mais nul doute que vous obtiendrez alors une campagne avec une saveur unique !

Lovecraft oblige, la Démence et l’Effroi sont eux aussi gérés, et permettent de retrouver une partie du “sel” qui découle de l’affrontement avec des entités cosmiques qui dépassent l’entendement et l’imagination. Ici, point question de SAN, mais d’une jauge d’Effroi, qui va jouer sur le comportement général de votre personnage. Quant à la Démence et les folies qui en découle, je vous laisse le soin de les découvrir au fil des pages…

Que ce soient les sorts, les objets du mythe, les textes anciens, les divinités, les monstres, tout est parfaitement intégré au setting de DD5. Je me suis fait la remarque au cours de ma lecture que, contrairement à ce que j’imaginais au départ, l’intégration d’éléments du mythe dans une campagne de DD était finalement bien plus facile que j’aurais plus le penser.

Tout a en effet été pensé – et parfaitement bien, par la team Petersen. J’ai même eu quelques idées qui me sont venues à la lecture.

Alors évidemment, il faudra savoir doser correctement les choses pour ne pas déséquilibrer votre campagne – on ne traite en effet pas les différents éléments du Mythe à la légère et il y vite moyen de faire partir en quenouille un continent entier, voir plus, mais à force d’habitude, il y a moyen de concevoir des aventures uniques !

D’autant que ce contenu est servi par une esthétique sans reproche. L’ouvrage en lui-même est beau, clair et lisible, et il est facile d’aller rechercher un élément spécifique dont on a besoin.

Pour quiconque est joueur de DD et à la fois fan de Lovecraft, cet ouvrage est un MUST HAVE. Vous trouverez toujours une occasion d’aller y piocher un petit élément par-ci, par-là, qui saura “agréablement” pimenter vos campagnes et surprendre vos joueurs.

 

Il est à noter que EDGE a déjà mis à disposition une aventure gratuite, et c’est —> ICI

Philippe Pinon

Philippe Pinon

Trublion de presque 50 balais, touche à tout, autodidacte, tête de cochon. Après plus de 20 ans à effectuer un travail décérébrant, change de voie. Scribouillard, « traductier de l'impossible », il devient même éditeur (OVNI) en 2015 où il édite, accompagné de son associée et conjointe, romans et JdR. Mais ce qui le définit le mieux, c'est quand même le terme de "Gros Connard" (au grand cœur, malgré tout, pour ceux qui prennent le temps de fouiller au delà des apparences).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *