Accueil / Secret Service – Maison de Ayakashi 1 – Cocoa Fujiwara

Secret Service – Maison de Ayakashi 1 – Cocoa Fujiwara

Toute l’histoire commence quand mademoiselle Ririchiyo emménage dans la maison Ayakashi. Héritière du groupe financier Shirakiin, elle décide de vivre seule. Ses parents ne s’opposent pas à cette décision, mais lui donnent comme seul choix cet établissement. En effet, sa richesse pourrait tenter cambrioleurs et kidnappeurs de tout poil, et cette maison est réputée pour la sécurité qu’elle assure à tous ses hôtes. Parmi eux, nombre de connaissances de Ririchiyo y vivent déjà, issues tout comme elle de la jeunesse dorée japonaise.

Ce qui fait également l’attrait de cette maison, c’est le Secret Service. Ce service se paie et met à disposition des résidents un garde du corps. C’est Sôshi Miketsukami qui est au service de Ririchiyo. Bien plus qu’un garde du corps, il ne la quitte pas d’un pas et ajoute une touche d’obséquiosité pesante à sa mission. Si la demoiselle a souhaité vivre en dehors du domicile familial, c’est bien pour goûter à la solitude et non pour supporter un charmant jeune homme en permanence. Elle essaye bien de le congédier, mais il a sa mission à cœur.

Les membres tant masculins que féminins de ce Secret Service assurent aussi bien la sécurité physique que la sérénité mentale de leurs clients. On pourrait même aller jusqu’à penser qu’ils iraient jusqu’à fournir des prestations sexuelles si cela s’avérait nécessaire. C’est dans cette maison étrange qu’évolue Ririchiyo sans trop savoir si elle a fait le bon choix. Il n’y avait en fait pas d’autres choix, car, comme tous les autres pensionnaires, ses ancêtres ont jadis mêlé leurs gènes avec des yôkai, ces créatures fantastiques de la tradition japonaise. Alors, les simples malfaiteurs humains ne sont pas le risque le plus important qu’ils courent. Les yôkai de sang pur souhaitent éliminer ces croisements malheureux et les Secret Service sont là pour les protéger de ces attaques en employant leurs pouvoirs, eux aussi, spéciaux.

Une maison où des manifestations fantastiques peuvent se produire et une organisation dédiée à la protection de ses habitants, voilà bien une idée originale que nous propose cette série Secret Service – Maison de Ayakashi qui est toujours en cours au Japon avec 6 titres parus depuis 2009. La mangaka Cocoa Fujiwara a connu le succès avec ce shōjo manga qui s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires au Japon où une adaptation animée a vu le jour en janvier 2012.

L’humour, l’action et un suspens qui va croissant sont les atouts de cette série qui, bien que qualifiée de shōjo, a su plaire à un public des deux sexes. Cette série permet aussi de découvrir la tradition japonaise au travers des yôkai, dont certains sont présentés en fin de volume. Un graphisme soigné, une mise en page dynamique, et des traits d’humour – même s’ils sont parfois un peu lourds, typiquement nippons et manga et qu’ils peuvent perdre le lecteur néophyte que je suis vers la fin du présent volume -, tout ceci fait de ce manga, sorti chez Kurokawa en janvier 2012, une lecture relativement agréable. La sortie du volume suivant est prévue pour le 12 avril prochain.

Secret Service – Maison de Ayakashi 1
Cocoa Fujiwara
Traduction par Xavière Daumarie
Kurokawa
2012

6,80 €

À propos Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

NEPTUNE – Psygnosis

Petit groupe mâconnais composé de quatre artistes, Psygnosis nous propose leur troisième album. Sobrement intitulé ...

Watch Dragon ball super