Home / Musique / Ride For Glory – Iron Kingdom

Ride For Glory – Iron Kingdom

Depuis 2011, les jeunes Canadiens de Iron Kingdom nous proposent de s’immiscer dans les vieilles années du Hard Rock, à travers des compositions originales et personnelles. Inspirés des grands noms légendaires tels qu’Iron Maiden, Judas Priest ou encore Saxon, Chris Osterman (chanteur-guitariste) et ses acolytes ont sorti un quatrième album en 2015 intitulé Ride For Glory.

Le groupe nous transporte dans leur univers à travers 8 titres qui sonnent comme une bonne bière fraîche. Une recette musicale plutôt classique mais qui fonctionne relativement bien.

Dès les premières secondes de The Eve Of Battle, on sait déjà de quoi il en retourne et l’on peut apprécier l’énorme travail sur la partie instrumentale.  Une bonne introduction à Leif Erikson, deuxième morceau de l’album (et le plus long avec ses 7’38 au compteur !). Les guitares bien présentes sont soutenues par une rythmique modérée. Malgré une bonne maîtrise des instruments, ce morceau me parait un peu trop long et présente quelques similitudes avec The Veiled Knight. En revanche, quand les lignes de chant de Chris font leurs apparitions ponctuelles, on ressens totalement l’influence de ces vieilles années oubliées du Hard Rock. Une montée en puissance dans les aigus à la façon d’un certain Bruce Dickinson…

Ride For Glory se présente sous une forme très dynamique et puissante. Chris Osterman et Kenny Kroecher (guitares lead et rythmique) ont une fâcheuse tendance à investir tout l’espace, ceci dit ce n’est pas pour me déplaire mais c’est un risque à lasser certains auditeurs. Lady Trieu And The Kingdom Of Wu se présente sous une forme plus aérienne mais n’en reste pas moins un morceau bien ficelé et propre à l’image du groupe. J’arrive à percevoir que les musiciens essayent d’apporter du renouveau mais sans trop prendre de risques, mais finalement ce style leur convient bien alors pourquoi vouloir en changer ?

Le titre The Samurai, qui a été décliné en clip vidéo, nous démontre à quel point Iron Kingdom tient à garder cette identité « Old School » :

 

 

Les derniers morceaux de l’album illustrent parfaitement cette influence, en restant dans un rythme classique sans prendre plus de risques, comme je disais plus haut. Night Attack est un morceau puissant et dynamique, montant sans cesse en pression et il reste relativement cohérent avec les titres précédents.

Il n’en fallait pas moins pour me faire plaisir, Leighton Holmes envoie dès l’intro du morceau A Call To Arms, quelques riffs de basse pour me séduire et le charme continue à faire effet. Toujours dans le même esprit, ce morceau présente une rythmique structurée et fluide dans lesquels les instruments s’en donnent à cœur joie pour dynamiser l’ensemble.

Pour terminer dans l’apothéose, il n’en fallait pas moins d’ajouter un dernier morceau à cet album bien ficelé, du début à la fin. En effet, on pourra difficilement passer à côté de The Veiled Knight qui est une parfaite conclusion à cet ensemble de compositions qui semblent être sorties tout droit des années 75 (allez, soyons fous, coupons la poire en deux !).

Pour les amateurs de Hard Rock traditionnel, nostalgiques des années 70’s-80’s !

A l’écoute de cette autoproduction, on ressent bien l’aspect « fait maison », qui donne une petite touche vraiment personnelle et qui nous donne envie d’en savoir plus sur ce groupe trop méconnu en France. En résumé, ne passez pas à côté de ces huit titres et continuez à propager la bonne parole ! D’ailleurs, je ne saurais que vous pousser à aller les voir jouer en live si vous en avez l’occasion. Ils le méritent vraiment !

Ride For Glory
Iron Kingdom
Auto-production
2015

About Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête et qui n’est pas toute seule dedans d’ailleurs… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Check Also

Angels Of Light – Vital Breath

Après Duality un premier album sorti en 2014, les Français de Vital Breath nous reviennent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *