Home / Musique / Métal / Rhapsodies In Black – Exit Eden

Rhapsodies In Black – Exit Eden

Un peu de douceur en cet été, ça vous tenterait ? Eh bien c’est ce que vous propose Napalm Records avec le premier album du projet Exit Eden, qui sort le 4 août. Mais quel est donc ce projet me direz-vous ? Eh bien vous prenez quatre chanteuses venant de groupes rock et métal disparates, vous ajoutez des musiciens du même acabit, et vous leur faites jouer des reprises à la sauce métal. Sur le papier je me suis demandé l’intérêt du projet mais au final, en écoutant l’album, je dois dire que j’ai été séduit. Mais entrons plus avant dans ces Rhapsodies In Black, vous comprendrez…

La cover est finalement assez attendue avec les quatre chanteuses en tenue gothique posant devant l’objectif avec un décor qui sent bon le numérique. Pas spécialement impressionnant mais cohérent dirons-nous. Et on attaque cette suite de reprises avec Question of Time, chanson originellement de Depeche Mode. Et d’entrée de jeu le choix est bon car les voix de nos quatre chanteuses savent envoyer le son. Qu’il s’agisse de Clementine Delaunay (Visions of Atlantis), Marina La Torraca (Highlight Kenosis et Phantom Elite), Amanda Somerville (Trillium), et Anna Brunner, chacune propose sa voix et l’ensemble se mêle à merveille, le tout un rythme très heavy metal qui s’adapte parfaitement bien au morceau original. On enchaîne ensuite avec une cover de Rihanna cette fois : Unfaithful. Je vous avais dit que ça allait être éclectique. Sur le moment j’ai eu assez peur mais même si on reconnait le morceau original, la touche rock/metal sauve l’ensemble et les chanteuses assurent dessus sans difficulté, les différents timbres de voix sont intéressants à écouter.

Incomplete des Backstreet Boys, Impossible de Shontelle et Frozen de Madonna viennent ensuite emplir nos oreilles. La ballade Incomplete est intéressante car la musique proposée donne une dimension épique assez éloignée de l’originale. Impossible offre une dimension épique également avec des envolées musicales du plus bel effet. Et sur Frozen, la participation de Simone Simons d’Epica ajoute une belle touche lyrique à l’ensemble tout en laissant l’aspect heavy metal récupérer tout l’aspect dark de la chanson originelle.

Heaven de Brian Adams arrive ensuite à nos oreilles, magnifique ballade bien conçue et sur laquelle les instruments épicent le tout. Firework (Katy Perry) reste assez fidèle à l’original (oui du coup j’ai écouté celles que je ne connaissais pas), même si à côté de Skyfall elle paraît sincèrement fade. Cette nouvelle version du générique de James Bond d’Adele est une franche réussite. Total Eclipse of the Heart de Bonnie Tyler par contre s’avère être déception : tout est mis en place, la musique est épique, le morceau original respecté, mais je ne sais pas, la sauce n’a pas pris. Peut-être est-ce la voix de Rick Altzi (Masterplan) qui ne m’a pas convaincu, pas assez rauque à mon sens, je ne sais pas… On termine l’album sur une excellente pioche et une nouvelle déception : Paparazzi de Lady Gaga et Fade To Grey de Visage. La première envoie du bon gros rock dans les oreilles, le tout sur les rythmes saccadé d’un morceau déjà très bon à l’origine et renforcé par les quatre voix féminines, rien à redire, appréciant même particulièrement le moment un peu plus énervé vocalement. Par contre Fade To Grey n’a, selon mon point de vue, aucun intérêt sur l’album. Le passage du français à l’anglais, les accords, bref, tout m’a paru complètement décalé par rapport au reste de l’album. Dommage de finir sur cette note…

Avec ce Rhapsodies In Black le « supergroupe » Exit Eden propose quelque chose de cohérent, bien construit et surtout bien chanté. Même si je me demande ce que pourrait donner ce groupe sur scène, je dois dire que sur album c’est une sympathique découverte que tous les amateurs de voix féminines devraient apprécier. Et pensez à moi qui me suis écouté du Katy Perry pour vous, c’est donc que l’album vaut bien le coup…

Rhapsodies In Black
Exit Eden
Napalm Records
2017

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

The 13th Hour – Onirik Illusion

  Quelques années après leur démo éponyme Onirik Illusion (sortie en 2008), le sextet parisien revient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *