Accueil / Musique / Métal / Ragnarok – Bloodshed Walhalla
Bannière Institut de la Musique

Ragnarok – Bloodshed Walhalla

Le one-man band Bloodshed Walhalla est de retour avec un quatrième album, sobrement intitulé Ragnarok, et qui ma foi particulièrement impressionnant. J’ai déjà découvert le principe des groupes composés d’une seule personne avec Heimsgard, mais je suis à chaque fois impressionné par ce que ces musiciens sont capables de proposer. Et ce n’est pas cet album qui va une fois de plus me faire mentir avec cet excellent metal viking proposé à travers quatre morceaux immersifs à souhaits.

Premier point notable concernant cet album : l’artwork qui met directement l’auditeur dans l’ambiance de ce qui va nous être proposé : des forêts enneigées et brumeuses, des combats sanglants, bref tout ce que l’on aime ! Le second point est la longueur des pistes : douze minutes de moyenne, avec même une last track de pas moins de vingt-sept minutes ! Impressionnant je trouve, on croirait presque un album de Doom au final… Ragnarok ouvre la danse et dès le départ des sons de flammes viennent emplir nos oreilles, ainsi que des sons de bataille avec des chevaux et des cliquetis d’armes. Bref, on se retrouve plongé dans le grand bain de la bataille d’une seule traite et cela avec plaisir. Puis les instruments viennent prendre le relai et commencent rapidement à envoyer du gros son, totalement dans la thématique, avant que la voix de Drakken ne vienne ajouter son growl rauque et prenant. Chaque morceau conte visiblement une histoire complète et celle-ci alterne les rythmes, comme un album à elle seule. Les refrains sont même particulièrement enjoués dans celle-ci. My Mather Earth vient ensuite résonner à nos oreilles avec une ambiance de village nordique : des oiseaux, du feu, une forge au loin, un ensemble assez magique qui nous plonge dans un univers nordique que personnellement j’adore. Puis une grandiloquence musicale vient prendre le relai donnant un sens réellement épique à l’ensemble proposé. La concorde des instruments et le chant un peu lointain viennent achever de nous permettre de découvrir une histoire franchement mythique et prenante.

Like Your Son propose des bruits de pas dans la neige, feutrés, en mise en bouche avant que des trompettes ne viennent sonner au loin et que l’on se retrouve ensuite dans une tempête metal comme on les aime. L’ensemble des instruments se cale sur la rythmique des trompettes, semblant annoncer de grandes choses. Sur cette piste c’est un peu dommage car la voix m’a semblé clairement forcée et dénote un peu au milieu de la composition globale. Dommage à mon sens car une fois de plus le travail musical est proprement impressionnant, avec notamment la présence de chœurs qui viennent ajouter une grandiloquence au morceau. Attaquons-nous ensuite au GROS bébé de l’album : For My God et ses vingt-sept minutes. De nouveau une introduction nous est proposée et la musique vient ensuite jouer son rôle. On sent bien que Drakken a voulu faire de ce morceau sa pièce maîtresse et il y parvient puisque nous retrouvons tout son univers dans cette presque demi-heure de musique : des moments épiques, des moments plus lourds, des typologies de chant différentes et toujours ces instruments qui viennent prendre leur place avec talent dans la grande fresque proposée ici.

Ragnarok est donc un bon album, d’autant plus si l’on prend en compte le fait que Drakken est seul au sein du projet Bloodshed Walhalla. OK il y a parfois des petits soucis vocaux mais la grandiloquence de la musique compense cela avec succès. Un projet à découvrir sans hésitation en tous cas, après on aime ou pas, mais moi j’ai adoré !

Ragnarok
Bloodshed Walhalla
Hellbones Records
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

The Arrow Of Satan Is Drawn – Bloodbath

Après avoir découvert le groupe au moment de leur tournée avec Kreator, Dimmu Borgir et …

Monolyth + TemptFate + Tankrust – Le Klub, Paris – 08/12/2018

Alors que Paris s’embrase au fil des manifestations des  Gilets Jaunes, je rejoins le Klub …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *