Home / Livres / Fantastique / L’importance de ton regard – Lionel Davoust

L’importance de ton regard – Lionel Davoust

J’ai trop longtemps retardé cette chronique du recueil qui est selon moi ma plus belle découverte de 2010. Pourquoi je l’ai laissée traîner dans un coin de ma tête ? Je ne voulais juste pas écorner le mythe que représente pour moi ce livre. J’ignore si d’autres trouveront ma révérence absolue envers le talent de cet auteur justifiée mais le fait est qu’il fait partie de ce sérail d’auteurs que j’aime lire jusqu’à la déraison. Il se fait juste trop rare et je vous invite à plonger dans son regard imaginaire…

La couverture d’Anne-Claire Payet est tout simplement magnifique. Je ne suis pas forcément amateur de ce qu’elle fait de manière systématique mais là je trouve qu’elle a su sublimer son art pour offrir à la merveille qu’est ce recueil un écrin à sa hauteur. Ces sublimes tons bleutés, cette femme à la mélancolie prenante, ces mouettes lointaines mais omniprésentes, tout participe à faire de cette couverture un grand moment d’imaginaire pur.

Voici la quatrième de couverture qui n’est que l’avant-goût de ce bijou :

« Des marins condamnés à s’entretuer dans des glaces éternelles ; des jeunes qui tunent leur corps comme une voiture ; une population absorbée dans un jeu en ligne tentaculaire ; des guerriers qui atteignent la pureté en brûlant leurs souvenirs ; Arthur, Guenièvre et Merlin en pleine crise d’identité… »

Dix-huit nouvelles sont au sommaire de ce recueil, dix-huit textes tous plus sublimes les uns que les autres, dix-huit moments rares. Je ne vais pas vous énumérer les qualités de chacune des nouvelles car cela serait fort rébarbatif pour quelqu’un qui n’a pas plongé dans l’encre de Lionel Davoust. Je vais plutôt vous donner mes trois textes préférés.

Selon moi le meilleur de tous ces textes est Bataille pour un souvenir. Précédemment publiée dans l’anthologie Identités elle ouvre une perspective fantasy absolument époustouflante. Ces fiers guerriers combattant pour sauver leur patrie au prix de ce qui fait d’eux des hommes. Mélancolique, prenant et juste démentiellement bien écrit (on sent une pointe de jalousie de ma part…), ce texte m’a bouleversé.

Le joueur dans l’ombre est un autre de ces excellents moments de fantastique que l’on s’étonne de découvrir. Du plaisir à l’état pur avec cette personne en find e vie qui dispute finalement la partie d’échec de sa vie. Cela m’a fait penser de manière lointaine au Joueur d’échec de Stefan Zweig. Douce et dure à la fois cette nouvelle vous emportera sur le perron d’une maison inconnue…

Tuning Jack vient clore cette sélection. Clairement ancrée SF cette fois ce choix s’explique par la profondeur du personnage principal et la foisonnance de références que Lionel Davoust fait. Des clins d’œil à un futur finalement pas si lointain que ça avec des modifications corporelles surprenantes et pourtant tellement attendues par une frange de la population actuelle. A suivre pour voir si l’auteur a réellement des dons divinatoires 😀

Que dire de plus sur ce recueil sans employer de superlatifs qui vous feraient douter de ma sincérité ? Simplement en disant qu’avec l’importance de ton regard Lionel Davoust devient, à mon sens, la plume masculine la plus aboutie de l’imaginaire français et à mon sens il a parfaitement mérité son titre de meilleur titre de 2010 sur le site…
Et depuis que j’ai conclu la lecture un seul me reviens en bouche : encore,…

L’importance de ton regard
Lionel Davoust
Rivière Blanche

25 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Silo – Hugh Howey

L’édition dont je vais vous entretenir est parue au Livre de Poche, mais une fois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *