Home / Livres / Le roi sombre – Oren Miller

Le roi sombre – Oren Miller

millerleroisombreEd Noxx avait tout pour réussir. Une belle carrière se profilait, une fiancée charmante et des amis fidèles étaient à ses côtés et un mentor hors pair allait lui mettre le pied à l’étrier. Et pourtant… Tout allait basculer sans qu’il ne vît venir le revers du destin qui allait tout lui faire perdre et le faire disparaître une vingtaine d’année dans une des prisons spatiales les plus isolées de la civilisation. Loin de tous, il va se résigner à son sort ou plutôt se détruire peu à peu dans un premier temps, même si les soins qui lui sont apportés ne font que prolonger ses tourments.

Et puis un jour, il va faire une rencontre improbable, une de ces rencontres impossibles telles qu’on pouvait en voir dans une vieille série SF comme Cosmos 1999. Un deus ex machina un peu facile, mais acceptons la littérature comme un divertissement. Et à partir de là, il va peu à peu se reconstruire et même se restructurer en devenant un autre lui-même, acquérant de nouvelles capacités insoupçonnées et se préparant à son retour parmi les vivants. Puis il va réussir à s’évader pour ensuite mettre en œuvre sa vengeance en s’entourant d’alliés pour le moins inattendus.

Oui, Oren Miller a ici fait un pari risqué. Mais elle l’a assez bien réussi. Imaginez Le Comte de Monte Cristo transposé dans un futur lointain, mode space opera et vous entrerez alors dans Le roi sombre. Ce roi sombre n’est autre qu’Ed qui va faire preuve d’un machiavélisme absolu en recouvrant de son ombre ceux qui jadis le trahirent et nous inviter à observer une vengeance grandiose où il va remettre en cause l’essence même d’une société qui l’a jadis condamné.

L’histoire n’est en rien lassante – déjà vu etc… -, car l’auteur fait preuve d’une grande ingéniosité dans les situations et la caractérisation des personnages, surtout les secondaires. Mon principal regret vient de ce superbe prologue qui est d’une densité, d’un humour corrosif qui m’a tellement plu qu’il a pu me faire ressentir la suite un peu fade. Mais il faut convenir que le ton du prologue ne peut être tenu, à la rigueur, que dans une nouvelle, un roman ne se prêtant pas à un telle débauche d’énergie sur la longueur. Sauf génie littéraire, mais en est-il vraiment ?

La couverture d’Emile Denis reflète parfaitement la dureté de la période d’emprisonnement d’Ed, vieillissant seul dans sa cellule, loin des honneurs qui l’attendaient et dont il fut privé, sous l’œil rouge qui le surveille en permanence. Une adaptation distrayante, sous une plume que je ne connaissais pas, mais qui fait preuve d’une grande maturité alors que sort cette année le deuxième roman d’Oren Miller aux Editions de l’Homme Sans Nom intitulé J’agonise fort bien, merci. Un auteur à suivre.

Le roi sombre
Oren Miller
Couverture illustrée par Emile Denis
Editions de l’Homme Sans Nom
2015

19,90 €

About Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Check Also

Utopiales 17

Publiée à l’occasion de l’édition 2017 des Utopiales, Festival International de Science-Fiction de Nantes, cette …

Une planète pour Copponi – Le Cycle de Khopne 1 – Pierre Gévart

Un space opera à la française, ça vous tente ? C’est ce que Pierre Gévart nous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *