Home / Interviews / Entretien avec Vic, guitariste et chanteur de Bloody Alchemy

Entretien avec Vic, guitariste et chanteur de Bloody Alchemy

Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à nos questions. Pourrais-tu tout d’abord te présenter, puis nous expliquer comment tu en es venu au métal ?

Bonjour,  je suis Vic le guitariste chanteur de Bloody Alchemy et j’ai 19 ans. Mon père et mon oncle sont très rock, donc de base j’écoutais pas mal de rock, et c’est mon oncle  Paulin (qui maintenant est notre manager et le père de Lou, le batteur) qui lui est assez Métal également qui m’a plongé dans cet univers.

Comment Bloody Alchemy s’est-il réuni ?

Bloody c’est un peu une histoire de famille finalement. Mon cousin Lou et moi-même avons presque toujours fait de la musique ensemble. Depuis qu’il a 7 ans et que j’en ai 11, on commençait déjà à faire tourner Smoke on the Water de Deep Purple en boucle dans son sous-sol. C’est quand on s’est tout les deux bien plongé dans le Thrash et le Death qu’on a eu envie de créer quelque chose de concret. Bloody Alchemy est né a ce moment là, on a recruté Clément notre guitariste, et quelques temps plus tard Lucas notre bassiste, et c’était parti.

L’album Kingdom of Hatred est sorti il y peu. Comment s’est déroulée sa composition ? Qui a écrit les paroles et qui a composé la musique ?

Concernant les paroles et la musique, c’est moi qui compose en très grande partie, et qui écrit également les paroles. Le processus de composition pour cet album s’est étalé de la création du groupe, puisqu’on y retrouve des morceaux de notre premier EP Insanity Chaos, jusqu’à quelques semaines avant le début des enregistrements. Donc un gros laps de temps finalement.

Quel est ton morceau préféré de l’album ?

Haha difficile de n’en choisir qu’un seul ! Je dirais A World in Agony, car c’est un morceau ou nous avons eu l’immense privilège d’avoir le featuring de Julien Truchan de Benighted, et qu’au niveau des textes c’est un des plus cru, et des plus pessimistes de nos morceaux.

Comment cela s’est-il passé pour l’artwork de l’album ? Aviez-vous une idée précise de ce que vous vouliez ou bien avez-vous laissé travailler l’artiste ?

C’est une question intéressante que l’on ne nous pose pas souvent ! L’artwork de l’album a été murement réfléchi, on avait déjà une idée super précise de ce qu’on voulait. On voulait conserver une cohérence avec l’artwork de notre premier EP dans la mesure où la scène de celui ci prend place, dans le monde visible depuis le portail de l’artwork de l’album. En gros c’est une album-ception qu’on avait envie de faire un peu haha.

N’est-ce pas compliqué pour toi de gérer simultanément ta carrière de musicien et tes études ?

Forcément c’est toujours compliqué de mener correctement deux choses de front, mais j’ai envie de dire que ce n’est pas tant l’emploi du temps qui pose problème. Le fait d’être étudiant, c’est ne pas avoir d’argent ! Donc c’est beaucoup plus compliqué que si on avait tous un petit salaire quand on doit investir un peu de thunes pour le groupe. Néanmoins, on est tous super jeunes, et on aime s’épanouir dans la musique et dans les études.

Qu’est-ce que ça fait d’avoir des groupies ? 

Haha ca fait super plaisir ! On a du mal à voir les choses de cette manière a vrai dire. Ce qui pourrait être perçu comme des groupies sont pour nous des fans dévoués et assidu, et c’est grâce à eux et à leur soutien qu’on en est là aujourd’hui ! Donc un énorme merci à eux !

Quel est ton pire souvenir sur scène ?

Mon pire souvenir de scène.. Sur le moment et juste après ca peut arriver qu’on soit pas content ou frustré rapport à notre performance ou a un problème technique, mais avec le recul, rien de vraiment marquant qui mérite la peine d’être vu comme un pire souvenir. Nan la scène c’est toujours un putain de bonheur.

Pourrais-tu en cinq mots définir Kingdom of Hatred ?

Thrash, Death, Réquisitoire, Efficace et Sanglant.

Dans tes rêves, que souhaiterais-tu pour le groupe dans l’année à venir ?

J’avoue que je ne me pose pas vraiment de question, pour l’instant tout marche au delà de nos espérances, donc on laisse les choses arriver sans chercher à les provoquer. Haha
Sinon on peut dire que pas mal de dates, pleins de rencontres cools comme l’année dernière et pourquoi pas commencer à travailler avec un label !

Comment te prépares-tu avant de rentrer sur scène ? Comment vis-tu les concerts ?

Je me chauffe un peu la voix, je me délie les doigts, quand c’est possible je prends un p’tit thé pour la gorge et la théine et le sucre pour être a fond pendant le concert.
Chaque concert, peu importe ou, quand, devant qui, est une putain d’expérience, et je prends toujours un pied monstrueux.

Quels sont les prochains concerts de Bloody Alchemy ?

On joue le 27/01 à Igny (91) Mjc jean Vilar, le 17/02 au Black Pearl (laigneville), le 24/03 à Dreux (28) et le 14/04 pour l’Asylum Metal fest 2 à Limours (91) une très belle affiche et on est fier d’en faire partie, l’édition précédente l’année dernière était monstrueuse avec une affiche 100% francaise et aussi locale.

Merci pour tes réponses et à bientôt au détour d’une scène !

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Rencontre avec Whispe, créateur de Fury

Raven : Bonjour Whispe, est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ? Whispe : …

Entretien avec Bruno et Seb, membres de Unswabbed

Après avoir écouté puis chroniqué le dernier album du combo lillois, De l’Ombre à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *