Home / Interviews / Entretien avec Bastien, guitariste de Nightshade

Entretien avec Bastien, guitariste de Nightshade

Le dernier Nightshade est sorti il y a peu et j’étais suffisamment intrigué par l’ensemble pour poser quelques questions au groupe et c’est Bastien qui a eu l’amabilité de me répondre.

Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions. Pourriez-vous tout d’abord te présenter et nous expliquer ce qu’est Nightshade comme groupe ?

Salut, moi c’est Bastien, guitariste du groupe. Je l’ai fondé il y a maintenant prêt de 11 ans et on est un groupe francais de metal avec un chanteur Canadien.

Comment en es-tu venu à la musique, et plus particulièrement au metal ?

Depuis mon plus jeune age, j’ai toujours été intéressé par le milieu de la musique. Et ayant été bercé par des groupes comme Queen, Trust, Starshooter… il m’a vite été facile de m’orienter vers le metal une fois après mettre mis a la guitare.

1426 est le tout dernier album du groupe. Comment s’est passée sa réalisation ? Qui a écrit la musique et qui s’est penché sur les paroles ? Et que t’inspire au final ce titre ?

Sa réalisation s’est faite très vite, 2 mois environs entre la composition et l’enregistrement. Étant l’album le plus personnel qu’il m’ait été de faire, j’ai décidé de tout écrire, que ce soit les lyrics, instruments ou orchestration. J’étais dans une période très sombre de mon existence et cet album m’as permis de m’évader et dire ce que j’avais sur le cœur. C’est la première fois que tout me venais naturellement dans le crâne, sans même y réfléchir.
C’est pourquoi je pense qu’a ce jour, 1426 est l’album le plus abouti du groupe, car j’ai pas essayé de composer des gros riffs compliqués, voir quel riff devait suivre quel autre et quel lyrics devaient venir à tel ou tel endroit. C’est venu naturellement, et je pense avoir réussi à transmettre les différentes étapes et émotions traversées a travers celui-ci.

Est-ce que tu peux nous expliquer quel est le concept, l’histoire, qui se cache derrière cet album ? L’univers asiatique ainsi que l’histoire qui se cachent derrière sont énigmatiques.

Comme dis au dessus, le concept est tout simplement ce qui m’est arriver à cette période de ma vie et ce qui aller suivre. J’ai partagé 10 ans de ma vie avec une femme que je croyais loyale pour finalement tomber de très haut le jour de notre 10eme anniversaire, alors que nous étions de plus marié.
J’ai été plus que dévasté de voir que j’avais autant pu me tromper, perdu pied, mais heureusement a ce moment là j’ai eu la chance d’avoir des amis et membre de ma famille présents pour m’aider à ne pas sombrer.

L’univers asiatique qui s’en dégage est due à l’amour que je voue au Japon et que nous partagions avec mon ex-compagne. Je vis d’ailleurs désormais a Tokyo.

Et qu’en est-il du titre finalement ? Car quand on découvre l’histoire globale on se demande ce que vient faire cette date apposée dessus.

Haha, tu es le premier zine a me poser la question.
Ce chiffre est tout simplement le nombre qui représentait mon ex femme est moi, formant ainsi une seule et même entité.

L’artwork de cet album est finalement assez classique. Comment s’est passé le travail dessus ? Et finalement pourquoi ce choix ?

Le coloc de notre chanteur est un très bon graphiste et a tout de suite été intéressé par le projet.
Je voulais quelque chose de jolie et en même temps quelque chose d’assez obscure et je pense qu’il a totalement réussi a retranscrire ce que je lui avais demandé.
Encore une fois, c’est a ce jour ma pochette préféré.

Nightshade en est où niveau clips ?

On a sortie un clip animé pour le morceau « Snake In The Grass » et travaillons actuellement sur un autre clip pour un second titre, et pourquoi pas un clip live également.

Quel est ton morceau préféré de l’album et pourquoi ?

Je pense que c’est « Ruins ». Ils comporte vraiment toutes les émotions traversées de l’incompréhension au pétage de câble.
Ce qui a permis d’y avoir autant des moment calme, violent et dissonant/malsain sur la fin.

Peux-tu, en cinq mots, donner envie à nos lecteurs de se pencher sur votre musique ?

Violent, harmonieux, sombre, vrai et melancolique

Quel est ton pire souvenir sur scène, en tant que musicien ?

J’ai pas vraiment de mauvais souvenir de la scène, il y a eu quelques petit problème technique mais rien de bien grave.
Peut-être cette fois où l’on a joué avec un ancien chanteur qui été tellement perché qu’il a même pas su assurer son rôle et a balancé n’importe quoi au lieu des paroles et insulté le public… (rires)

Mais il a recolté avec le reste du groupe en backstage ensuite et a dégagé du groupe.

Quels sont les prochains concerts du groupe ?

On est actuellement en train de travailler sur plusieurs tours mais c’est assez compliqué à gérer vu que nous avons tous un travail à coté. Donc il faut que les agendas coïncident. Mais on devrait reprendre la route dans quelques mois.

Mêler ses activités professionnelles et personnelles tout en étant musicien est généralement compliqué. Comment fais-tu pour gérer ces différents aspects de ta vie ?

Du côté personnel je n’ai plus ce problème comme tu as pu le comprendre (rires) mais en effet ce fut un problème… Quand tu es souvent parti, ou même lorsque tu es à domicile mais que tu passes la majeure partie de ton temps à composer dans une chambre ou sur un ordi, ou à démarcher des dates etc… ça peut être source de problème.
Concernant le professionnel, ça roule, on arrive tous a gérer notre temps pour travailler et jouer a côté.

Que répondrais-tu aux gens qui disent qu’à l’heure actuelle il y un trop grand nombre de groupes sur les scènes rock et métal et comment vois-tu le marché musical actuel ?
Ils ont malheureusement raison… la scène est submergé et l’industrie du metal est en train de mourir a petit feu. Il était déjà très dur de vivre de cela dans le passé, mais désormais c’est mission impossible.
Le metal est arrivé au même rang que la pop, les gens veulent toujours plus de nouveautés, les morceaux sont éphémères, et dès le premier faux pas on est jetés pour un autre groupe, qui fera 2 mois avant de se faire jeter a son tour. C’est triste mais malheureusement la vérité désormais, et cela même pour des groupe d’envergure assez importante. Après on ne parle pas là de groupes comme Gojira, BMTH, Slipknot etc… qui ont déjà une énorme fanbase et qui sont libre de prendre leur temps.

Merci pour tes réponses et à très bientôt au détour d’un concert !

Merci a toi, et a très vite sur la route 😉

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Waiting For The Endless Dawn – The Eternal

Les australiens de The Eternal sont de retour dans quelques jours avec un album aux …

Wanderer – Heaven Shall Burn

En 2016, Heaven Shall Burn fêtait ses 20 ans d’existence, et pour l’occasion sortit son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *