Accueil / Livres / Fantastique / Des milliards de tapis de cheveux – Andreas Eschbach

Des milliards de tapis de cheveux – Andreas Eschbach

Quelque part aux confins de l’Empire, sur un monde oublié de tous… une petite planète apparemment anodine. Sauf que, depuis des temps immémoriaux, les hommes s’y livrent à une étrange occupation : tisseurs de père en fils, ils fabriquent des tapis de cheveux destinés à orner le Palais des Étoiles de l’Empereur. Pourtant, une étrange rumeur circule. On raconte çà et là que l’Empereur n’est plus. Qu’il serait mort, abattu par des rebelles. Mais dans ce cas, à quoi peuvent donc servir ces tapis ? Et qui est cet homme si étrange qui prétend venir d’une lointaine planète? Lui aussi affirme que l’Empereur est mort…

L’Atalante est un éditeur de qualité avec lequel on découvre souvent de très beaux ouvrages. Sauf cette fois… Il s’agit là de la première traduction française de l’auteur et honnêtement cela ne donne pas envie de lire ces autres ouvrages.

La couverture de Vincent Madras est magnifique et introduit à la perfection l’histoire.

Ce roman très étrange n’est pas parvenu à me séduire. Tout d’abord, il est très (très!) long à se mettre en place. Il faut bien attendre 180 pages pour s’attendre à un peu de dynamisme ce qui sur 320 pages au final est un peu embêtant… Les 150 premières pages nous plongent dans une ambiance proche de celle des Mille et une Nuits avec un choix de traduction original puisqu’il y a beaucoup de rimes entre les paragraphe, donnant à l’histoire un ton de conte plutôt agréable.

Mais l’histoire en elle-même ne présente au final aucun intérêt. On change de personnage à chaque chapitre, on ne comprend pas vraiment où on est et où l’auteur veut nous amener. Il est également difficile de trouver un sujet et un thème au récit: de quoi Eschbach veut-il parler? On ne sait jamais vraiment. On a l’impression de suivre une chronique du quotidien dans un monde imaginaire. On passe d’ailleurs du fantastique à la SF de façon peu judicieuse et très mal amenée. Aucune empathie également pour les personnages qui nous laissent de marbre. Ils sont tous plus ou moins désagréables! On ne comprend pas leurs actions, mais surtout l’obsession de ces tisseurs pour le palais de l’Empereur. En fait, plus on avance dans la lecture plus on se rend compte que le développement de l’univers a été un peu laissé en plan: les éléments sont posés les uns derrière les autres sans essayer de trouver une cohérence à leur enchaînement. Du coup, cela ne ressemble ni à du fantastique classique ni à de la SF élaborée.

On a beaucoup de mal à se souvenir des noms, de qui fait quoi. Les dialogues n’aident pas du tout à rentrer dans l’histoire: répliques énigmatiques, sous-entendus mystérieux, pensées des personnages écrites au style direct… La lecture est clairement laborieuse. De plus, toute cette histoire de cheveux tissés n’apparaît pas comme un élément merveilleux de l’intrigue, mais est plutôt présentée comme une activité traditionnelle d’artisan. Pas de quoi en faire tout un plat dans ce cas!

Il est difficile d’avoir une image finale de ce roman tant il est brouillon dans son déroulé et dans son propos. Une lecture complètement déroutante et très ardue!

Des milliards de tapis de cheveux

Andreas Eschbach 

couverture de Vincent Madras

Editions Atalante

17€

À propos Arwen

Je m’appelle Arwen et j\’ai 22 ans. J’ai fait des études de cinéma pour devenir scénariste et c’est ce que je suis ! J’ai travaillé entre autre pour Canal J et Xilam (Les Zinzins de l’espace ou Oggy). Je développe également mes écrits en littérature jeunesse, genre dans lequel je me sens le plus à l’aise. Je suis une passionnée de littérature et de cinéma bien sûr. Tout ce qui touche au fantastique (et à ses cousines Fantasy et Féerie) me parle tout particulièrement. Je travaille depuis deux ans pour le webzine Khimaira pour lequel je suis principalement chroniqueuse cinéma. Mon actualité: un album jeunesse illustré en cours d’édition et la mise en place de mon premier roman pour la jeunesse.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

American Gods – Neil Gaiman

Je sais que cela va vous paraître incongru, mais permettez que je vous pose néanmoins ...

Watch Dragon ball super