Home / Musique / Clean your Clock – Motörhead

Clean your Clock – Motörhead

tmb_mh_cleanyourclockIl est toujours intéressant de voir des produits que l’on pourrait comparer à des hommages camouflés en produits dérivés mais ceci n’en est pas un et on va revenir dessus tout de suite.

La couverture nous montre un Lemmy en plein concert devant un micro, le visage rageur comme s’il faisait un dernier pied de nez à la mort. La typo du groupe est respecté jusque dans le titre. On retrouve au dos une image du trio s’inclinant devant le public.

Le décor est planté une scène surplombé d’une armature de bombardier surplombant le groupe, une batterie en pleine lumière aux couleurs du groupe et une guitare blanche avec des parties verte fluo au nom de Motörhead. De la bannière en fond de scène au tapis sous Lemmy et Wizzö tout est estampillé Motörhead. Vous allez me dire c’est normal. En effet, mais moi je trouve que ça compte beaucoup et permet de s’imprégner encore plus du concert.

Même si la voix de Lemmy reste fatiguée, la prestation n’en reste pas moins à souligner, ses cordes vocales étant un des atouts du groupe. Il est aussi visible qu’il est assez en forme. Il est bien sur toujours aidé de ses deux acolytes Phil Campbell à la guitare et Mikkey Dee à la batterie tout deux aussi dans une forme qui fait plaisir à voir.  La batterie et les riffs sur When the sky comes looking you de Phil sont toujours d’une justesse diabolique. Même sur un morceau comme The chase is better than the catch le petit riffs sont bien là et le solo en fin de morceau est un petit bijou. Vous allez me dire que Wizzö est un monstre à la guitare et que sur chaque morceau il est impeccable, et je ne pourrais pas vous dire le contraire.
Le tout est quand même pour moi excellemment emmené par un Mikkey Dee à la batterie qui donne un tempo tout en force et en contrôle tel un métronome. Une puissance communicative que l’on perçoit fusionnel aussi sur Lost woman blues. Il a la force et de l’énergie pour dix. Grâce à eux deux on a une mise en lumière de la voie de Lemmy qui reste aussi caractéristique et donne au groupe toute sa saveur.
Le tout est encore plus visible sur Overkill où toute la puissance de la batterie ressort. Jouer puissamment et fort, tel est là devise du groupe et Mikkey Dee le démontre formidablement bien.

Je les avais enfin vus en 2015 au Hellfest mais je trouvais Lemmy trop diminué, le show n’était pas à la hauteur de la grandeur du groupe, et je rêvais de pouvoir les revoir au plus vite mais les événements ne l’ont pas permis. La sortie de Clean your clock était la chance de les revoir en concert une dernière fois, même par procuration.
Le pari était risqué vu l’état de santé de Lemmy à l’époque. Pourtant la magie opère et l’on se retrouve devant une prestation magnifique du groupe, dans une belle ambiance et avec une salle toute acquise à la cause du groupe.
On en redemande, les cinq titres sont presque même trop peu tellement on aimerait pouvoir les voir encore et encore sur scène.
En tout cas un cadeau à se faire que je conseille à tous, pour goûter encore un peu à leur façon si caractéristique de jouer, puissante et forte !

Clean your Clock
Motörhead
2016

Eldricht Tales

A propos de Jonathan Le Bris

Lisez aussi

True Rockers – Monster Truck

Le quintet canadien Monster Truck appelle à tous les vrais rockers avec leur nouvel album, …

Lunasa – Paris Celtique Live – Pan Piper – Paris – 7/09/2018

eMaginarock vous embarque cette fois-ci dans un tout autre registre, puisque vendredi 7 septembre se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *