Home / Livres / BD, comics & mangas / Cicatrices – Orbital T1 – Serge Pellé et Sylvain Runberg

Cicatrices – Orbital T1 – Serge Pellé et Sylvain Runberg

Le scénariste Sylvain Runberg (London Calling, Face cachée, Reconquêtes…) et le dessinateur Serge Pellé (Le Grand Chambardement…) sont associés sur cette série Orbital chez Dupuis pour la collection Dupuis “Grand public”. On peut y suivre les aventures de deux agents de l’ODI en mission pour maintenir la paix entre les différents empires et nations de l’espace comme l’indique la quatrième de couverture :

La station Orbital est à la fois le centre du pouvoir Confédéré et une brèche sur d’autres espaces-temps.
Cette gigantesque plate-forme stellaire est aussi la base de départ des agents Caleb Swany et Mézoké Izzua, membres de l’ODI, organisme qui tente de maintenir la paix entre les Mondes…
Début de session holo.
Votre objectif est double : découvrir ce qui est arrivé à ces pilotes et aider à trouver un compromis entre les Jävlodes et les colons humains.
Bonne chance pour l’accomplissement de votre tâche.
Session holo terminée.

La couverture nous présente sur fond de cité futuriste à forte activité, nos deux héros parmi une foule de races extraterrestres. Le trait est précis et nous laisse présager d’un univers complexe à explorer. Ces deux personnages principaux travaillent pour l’ODI (Office Diplomatique Intermondial). Mézoké Izzua est sandjarr et Caleb Swany est humain. Ce duo qui semble mal assorti a été créé pour rapprocher ces deux peuples qui se sont fait la guerre par le passé. C’est d’autant plus symbolique que les Sandjarr se sont longtemps tenus à l’écart de toutes les instances intermondiales et que les humains ne représentent pas une des civilisations les plus avancées qui soient.

Cette première mission s’étale sur les deux premiers volumes de la série. C’est donc le début de cette aventure que nous allons suivre. Nous allons d’abord assister à l’arrivée sur la station Orbital et au premier entraînement des nouvelles recrues que sont Caleb et Mézoké. Le drame qui a été à l’origine de l’engagement de Caleb nous est présenté en tout début d’ouvrage. Il est bien déterminé à poursuivre l’œuvre de paix de ses parents au sein des forces de l’ODI, c’est pourquoi il est le premier humain à avoir réussi les examens d’entrée à l’Office.

La première mission confiée à ce binôme symbolique risque de faire ressurgir de vieilles rancœurs. En effet, des pilotes jävlodes ont été capturés par des colons humains qui exploitaient un précieux minerai sur une des planètes de leur zone d’influence. Il faudra à nos deux héros de la diplomatie et du sang-froid pour mener à bien cette mission sans aggraver une situation déjà tendue.

La narration est un peu chaotique au début, mais cela permet de bien mettre en place les personnages. L’univers est prometteur, car Sylvain Runberg l’a déjà bien étayé, même s’il nous reste énormément de points à explorer et notamment l’hostilité de certaines races à l’endroit des humains qui peut remettre en cause la raison d’être de l’Office même. Les relations sont privilégiées par rapport aux moyens technologiques et c’est cela qui va apporter de l’attrait à cet univers. La technologie n’apporte qu’une curiosité éphémère, car les gadgets lassent toujours à terme.

Le dessin de Serge Pellé est d’une grande précision quand il s’agit de représenter des machines ou la station Orbital, ce qui donne aux personnages au premier plan une dimension sans pour autant les enfermer dans une identité figée. L’usage des couleurs est soigné et permet de bien situer la temporalité, la localisation géographique, le climat des actions. Il n’y a pas de couleur criarde qui prendrait le dessus sur une autre, ni de surcharge pour l’action, ce qui rend l’ensemble sobre, harmonieux et plaisant.

Je pense que ce duo a trouvé le juste rapport entre un univers complexe à faire vivre et sa représentation humaine au travers d’un graphisme adapté.  Nous avons là une série dont l’entame réussie se termine sur un cliffhanger qui ne manquera pas de rappeler à certains une vision cinématographique, sans pour autant représenter les mêmes enjeux. La suite et la fin de cette première mission s’annonce donc passionnante à bien des égards.

Cicatrices – Orbital T1
Scénario : Sylvain Runberg
Dessin et couleurs : Serge Pellé
Editions Dupuis
Collection Dupuis “Grand public”
2006
14,50 €

A propos de Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Lisez aussi

Entre Troll et Ogre – Marie-Catherine Daniel

Recevoir une lettre est en soi peu commun pour un troll, mais ça frise l’impossible …

La Marque du Corbeau – Black Wing T1 – Ed McDonald

Présenté comme l’une des sorties les plus attendues de l’année chez Bragelonne, ce roman de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *