Accueil / Musique / Métal / Antagonism of the Soul – Insolvency
Bannière Institut de la Musique

Antagonism of the Soul – Insolvency

Deux ans après la fondation du groupe, les troyens de Insolvency, groupe de metalcore, nous proposent leur nouvel album, intitulé Antagonism of the Soul. Et justement ! Cet album montre bien, au fil des pistes, tout l’antagonisme qui se dégage de sa musique et de ses paroles. Allez, c’est parti pour une ballade dans l’univers qui se cache derrière ce magnifique artwork !

Tout débute avec Divided, une introduction toute en douceur, nous plongeant dans un univers empli de sonorities étranges, intrigantes, avant l’explosion de Tears of the World dans nos oreilles. Directement la voix du chanteur ainsi que les guitares s’enflamment et nous proposent un son rapide, efficace et prenant. Les riffs s’enchaînent et on se retrouve immédiatement dans un univers metalcore des plus plaisants. Une entrée en matière doucereuse rapidement compensée par un son efficace juste derrière, la recette du succès ! Le refrain est également excellent. En un seul morceau le groupe a su me convaincre non seulement de poursuivre mon écoute, mais également qu’ils étaient très bons. Antagonism of the Soul, morceau éponyme de l’album ne va pas me faire mentir : on entame avec un son de guitare bien construit et rythmé, puis le chanteur entre dans l’arène et tout s’emballe. L’alternance entre chant clair et saturé est très bien amené et le contrepoint se fait parfaitement. Violation reprend la recette de la première chanson avec un cri en début de composition, rapidement suivi de guitares particulièrement agréables à l’oreille sur les solos. Puis étonnamment tout se radoucit avant que la batterie ne sonne le retour en force des autres musiciens. La mélopée de la guitare en arrière fond est par ailleurs entêtante à souhait, faisant presque penser à du progressif. Black Moon est de la même que les autres pistes, avec toutefois l’ajout d’un chœur masculin en début de chanson, et une composition qui m’a semblé plus épique. Hope marque la moitié de l’album, pause bienvenue après des chansons diablement efficaces, proposant de replonger encore un peu plus loin dans l’univers du groupe.

I’m Revulsed by Death revient aux bases : chant saturé, guitares diablement efficaces, batterie omniprésente pour ce qui est, selon moi, la meilleure chanson de l’album. D’ailleurs on la sent très clairement taillée pour la scène. This War is not for You débute posément avec un sample calme, un chant légèrement saturé du plus bel effet, avant que de nouveau tout s’emballe et que l’auditeur en prenne plein la face.  A Leaving Life, A New Beginning et Your Lost Soul sont du même acabit. Sur le premier la guitare se fait de nouveau entêtante, tandis que sur la seconde les sonorités se font plus lourdes, plus présentes au fil des notes. On termine l’écoute avec Death Wish, parfait condensé de ce que le groupe a à proposer musicalement, sorte de quintessence de son talent qui pose le point final d’un album sans fausse note.

Avec Antagonism of the Soul je dirais qu’Insolvency fait plus que poser les bases de sa musique auprès du public. Chaque groupe a une marge de progression mais le produit fini que j’ai écouté est tellement abouti que l’on dirait qu’ils font cela depuis bien des années. Fans de metalcore, ne passez sûrement pas à côté de ce groupe, vous le regretteriez, quant aux autres n’hésitez pas à y jeter une oreille, cela vaut quand même méchamment le détour !

Antagonism of the Soul
Insolvency
Send The Wood Music
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Y&B 17 – Yann Armellino & El Butcho

Le rock garage fait encore recette de nos jours et ce ne sont pas Yann …

Marduk + Archgoat + Valkyrja + Attic + Stortregn – La Machine du Moulin Rouge – 4/12/2018

Le 4 décembre avait lieu le concert de Marduk à La Machine du Moulin Rouge, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *