La couleur du froid – Jean Krug

Un plaidoyer écologique, entre utopie et réalisme.

Antarctique, 2070.

Mila Stenson est l’héritière tourmentée d’une multinationale tentaculaire, fondée sur le cryo-dollar et le réchauffement climatique. Mais depuis quelques années, la situation se dégrade. La chute inexpliquée des températures menace son empire et des rêves étrangement vivants troublent son sommeil.

Lorsqu’un message, détecté dans la glace et rédigé dans une langue inconnue, arrive soudain à son attention, c’est le déclic. Accompagnée par Valda Kalitsch, une climatologue maladroite et brillante, et Paul Damann, un technicien polaire rongé par son passé, elle décide de répondre à l’appel austral. Une enquête dans la poudreuse et le vent déchaîné, à la toute pointe du froid, avec cette promesse de comprendre, peut-être, qui ils sont vraiment ?

Un roman chorale et contradictoire 

Comme dans ses précédents romans, l’auteur nous présente son scénario par le prisme de différents points de vue, qui semblent de prime abord contradictoires. On y trouve d’un côté la science et le respect du froid à travers Valda et Paul ; d’un autre le matérialisme capitaliste de Mila. Des divergences qui, en définitive, illustrent bien la siscion actuelle entre le cri d’alarme des scientifiques et la course au profit. Amenés à croiser la route, ces personnages en viendront pourtant à se respecter et se comprendre à travers une histoire habilement menée, quoi qu’un peu utopique dans cette prise de conscience improbable.

Un message écologique impactant

Portée par un rythme soutenu et sans temps mort, cette histoire transmet surtout un message important sur l’urgence écologique dans laquelle nous nous trouvons. Glaciologue de métier et de passion, J. Krug nous conte avant tout son amour pour les étendues glacées, et sa tristesse à les voir disparaître à cause de l’humanité. Et s’il nous présente ici des personnages capables de remise en question, le message n’en est pas moins clair : d’ici peu, il sera trop tard, et la nature finira par reprendre ses droits.

Un réalisme scientifique certain 

Comme l’indique le titre, ce récit est principalement centré sur le froid. Sans en dévoiler trop, précisons néanmoins qu’il y est abordé sous un angle aussi fantastique que scientifique, et révèle probablement le ressenti de l’auteur à son égard. J’avoue que certaines descriptions plus techniques m’ont un peu perdues. Ce traitement reste cependant très intéressant, et confère un grand réalisme à l’histoire.

J’ai donc beaucoup apprécié cette incursion en terres antarctiques !

Titre : La couleur du froid
Série :
N° du tome :
Auteur(s) : Jean Krug
Illustrateur(s) :
Traducteur(s) :
Format : Album de BD
Editeur : Éditions Critic
Collection :
Année de parution : 2024
Nombre de pages : 540
Type d'ouvrage : Roman

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *