Originaire de Grèce, le groupe W.E.B. propose un metal extrême à fortes composantes mélodiques. Ils sortent fin 2021 leur cinquième album en vingt ans de carrière. Colosseum est un petit bijou de composition et de maestria, qui n’est pas sans rappeler ce que peut produire un autre groupe hellène.

Dès les premières notes de Dark Web on sait que l’on a affaire à du très très bon. Le groupe joue impeccablement, et la voix de Darkface, gutturale et sombre vient parfaire le tout avec talent. On reste dans les mêmes thèmes avec Murder of Crows. De nouveau les orchestrations sont de toute beauté et l’ensemble passe parfaitement dans les oreilles, alternant moments sublimes avec obscurité des guitares et de la voix. Un combo clairement gagnant. Le mantra satanique au début de Pentalpha surprend mais prend son sens avec le déploiement du reste de la piste. On a affaire à de la musique de haute volée. On enchaîne avec Colosseum et son petit solo de guitare purement et simplement planant. De nouveau le groupe continue à nous faire rêver avec sa musique. Dominus Maleficarum propose un tempo plus rapide pour une piste très agréable de la première à la dernière seconde. On retrouve le black death du groupe à son paroxysme. Necrology est de la même veine et nous ravit les oreilles.

Ensanguined propose des rythmes orientaux assez intéressants qui viennent ajouter un petit quelque chose à la musique du groupe. La composition de cette piste laisse d’ailleurs plus de part à la brutalité et cela fait plaisir à entendre. Exaudi Luciferi vient ensuite nous proposer une messe luciférienne musicale juste parfaite. L’album se conclue sur December 13th, sortie instrumentale poétique et prenante. Une outro comme je les aime, qui referme une page avant d’attaquer le chapitre suivant.

Colosseum est un extraordinaire album. Je me suis régalé de bout en bout et les grecs sont parvenus sans difficultés à me convaincre que leur musique vaut réellement le détour. Je les avais découverts sur scène lors des MetalDays mais sur album ils sont tout aussi bons !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.