En lisant la quatrième de couverture de cette novella fantastique je m’attendais à une banale histoire de maison hantée, qui aurait par ailleurs pu être racontée avec talent. Pauline Sidre a su me surprendre du tout au tout avec un récit à la fois étonnant et puissant. Une plongée dans l’obscurité au cœur des montagnes que je n’ai absolument pas regretté !

Elsa et Lucas Gréminoir se rendent à la vieille ferme familiale pour la vider suite au décès de leur grand-père. Ils ne savent presque rien de leur famille, à part qu’elle ne compte aucune autre fille qu’Elsa, les autres descendantes étant toutes décédées en bas âge.
Alors qu’ils se promènent sur le domaine de leur grand-père, ils découvrent la sépulture d’une curieuse Marie. Très vite, Elsa est obsédée par cette mystérieuse défunte que personne ne semble connaître, pendant que Lucas, lui, explore les secrets de la vieille bâtisse isolée.

Dès la première page se trouve un bémol, qui ne sera présent que sur ce premier tirage, à travers deux fautes sur la présentation de Elsa, sous son portrait. Je le signale avant tout pour vous dire de ne pas y accorder d’importance car ce n’est en rien représentatif du reste du récit et de la qualité de ce que produit cet éditeur.

Une fois cette mise en garde faite entrons dans le vif du sujet avec cette novella. Tout commence comme une histoire de fantastique horrifique assez classique, le père et les deux enfants vident la maison d’un aïeul au cœur des montagnes et de la forêt, loin de tout. Le pitch de départ est assez classique mais Pauline Sidre parvient sans difficulté à s’éloigner des bases et à créer son propre fil. Ainsi le lecteur va voyager, en peu de pages, dans le passé de cette famille Gréminoir. Le final qu’elle nous amène a lui aussi su me surprendre même si à mon sens les choses vont un peu trop vite. Plusieurs jours après ma lecture je suis encore en pleine interrogation car pour moi un récit de cette qualité aurait probablement mérité d’être un peu plus prolongé afin de garder le plaisir plus longtemps. Mais il s’agit de pinaillage de ma part c’est certain.

Les personnages proposés ici sont de bonne qualité. On se prend au jeu du changement de narrateur mis en place par l’autrice et Esla aussi bien que Lucas ont leurs caractères bien trempés et déterminés. Le lecteur a clairement la possibilité de s’attacher aux deux, de comprendre leur psychologie profonde et cela malgré un faible nombre de pages. Et justement leurs pensées, leur relation même va avoir son importance dans l’histoire qui nous est contée. Je ne dirais rien sur Marie car cela reviendrait à trop en révéler mais sachez qu’elle est une réussite complète !

Marie de pluie est une découverte de cette nouvelle collection Lueurs obscures et j’ai tout bonnement adoré. De la première à la dernière ligne je me suis pris au jeu et me suis délecté de cette novella, au point de la trouver trop courte. Encore une fois une belle preuve que les petits éditeurs français sont capables de nous trouver des perles littéraires !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Un commentaire sur “Marie de pluie – Pauline Sidre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.