L’univers des Royaumes crépusculaires, de Mathieu Gaborit, a fait partie des premières sagas que j’ai découvertes en fantasy, alors jeune adulte. Et je dois dire que j’ai de suite été séduit par l’inventivité de cet auteur, sa capacité à créer un univers, des personnages, aussi forts. N’ayant pas relu ces livres depuis un long moment je me suis donc penché sur cette magnifique réédition en intégrale, signée Mnémos.

Réunies dans cette intégrale, les aventures d’Agone de Rochronde et de Maspalio d’Abyme ont passionné des milliers de lecteurs depuis plus de 20 ans.
Fresque magistrale, Les Royaumes crépusculaires retracent la sombre destinée d’Agone de Rochronde, accompagné de sa rapière Pénombre. D’abord réticent à monter sur le trône à la mort de son père, il cédera au jeu mortel des rivalités et trahisons. En quête de vérité, il empruntera une voie qui se révélera douloureuse et parsemée d’embûches… Agone saura-t-il trouver son salut et délivrer les Royaumes crépusculaires qui sombrent dans la tourmente ?
À l’ouest se dresse Abyme, cité baroque et décadente. Maspalio, farfadet astucieux et ancien Prince-voleur, se retouve au cœur d’une enquête exceptionnellement dangereuse. Sur les canaux, dans les abysses et les palais du dédale cosmopolite de la plus célèbre ville des Royaumes crépusculaires, qui est suspect, qui est coupable ? Et surtout, qui se cache dans les ombres d’Abyme ?

Revenons rapidement sur cette réédition qui est de toute beauté. 624 pages se cachent derrière cette couverture rigide, illustrée d’une carte des Royaumes. Tout comme pour l’intégrale de Nephilim sortie l’année dernière, l’éditeur a fait un gros travail de remise en page, de relecture, et d’embellissement de l’objet, tout en gardant un prix relativement modique au vu de la qualité globale du livre.

Passons au contenu de cette intégrale. On y retrouve si romans (Souffre-jour, Les Danseurs de Lorgol, Agone, Aux ombres d’Abyme, Renaissance et La Romance du démiurge) mais aussi une posface de l’auteur. Les trois premiers romans mettent en avant le destin de d’Agone, ses péripéties au Souffre-jour, puis sa quête de magie. Personnellement j’ai une affection toute particulière, pour ce personnage qui va rapidement devenir assez antipathique. Cet anti-héros va avancer dans son existence, suivre sa quête personnelle, tout en tâchant d’éviter le destin écrit pour lui. Dans cette toute première trilogie on découvre un Mathieu Gaborit moins sûr de lui, dont ce sont les premières parutions, même si le texte a été retravaillé. Attention, je ne dis pas qu’il n’est pas bon, loin s’en faut !, simplement on ressent encore une timidité scénaristique qui disparaît totalement par la suite. Et justement les trois tomes d’Abyme sont également intégrés à cette intégrale. Quittant Agone, le lecteur découvre Maspalio, le farfadet aux aventures rocambolesques. Le petit côté polar de cette trilogie est très intéressant et offre une vision différente de l’univers des Crépusculaires. Les aventures de Maspalio se poursuivent encore aujourd’hui puisque le même mois que l’intégrale est sorti le second tome de La Cité exsangue. Je vous en parle d’ailleurs dans les jours qui viennent. Cette seconde moitié de l’intégrale est tout aussi passionnante que la première avec, une véritable mise en place d’une ambiance, une réelle découverte des arcanes et des ruelles d’Abyme. Cette enquête dans une ambiance sombre fonctionne parfaitement.

On ressent totalement que Mathieu Gaborit est aussi auteur de jeu de rôle. En effet ses descriptions sont relativement succinctes tandis que ses personnages disposent d’une réelle profondeur, d’un caractère bien à eux qui rend le plaisir de les suivre encore plus fort.  Qu’il s’agisse d’Agone ou bien de Maspalio, les deux sont des protagonistes principaux que l’on ne peut pas qualifier de héros, mais auxquels le lecteur s’attache de manière incroyable. A aucun moment on ne se pose de questions et la galerie de personnages proposés par Mathieu Gaborit par ailleurs fonctionne parfaitement.

Cette intégrale des Royaumes Crépusculaires est un must-have de tous les amateurs de fantasy rôliste, baroque, sombre. Le lecteur ne s’ennuie à aucun moment, on prend plaisir à suivre les aventures de nos personnages et les six cent pages passent à une vitesse impressionnante. Cela combiné au bel objet proposé par Mnémos rend la lecture de ce livre tout bonnement indispensable.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.