Voici venir mon énorme coup de cœur de la fin d’année dernière : un roman de fantasy mettant en scène vampires et chasseurs de vampire avec un talent et une imagination rares. Jay Kristoff réussit, avec ce nouveau roman, un tour de force impressionnant qui m’a totalement subjugué de la première à la dernière page.

It has been twenty-seven long years since the last sunrise.
For nearly three decades, vampires have waged war against humanity; building their eternal empire even as they tear down our own. Now, only a few tiny sparks of light endure in a sea of darkness.
Gabriel de León, half man, half monster and last remaining silversaint – a sworn brother of the holy Silver Order dedicated to defending the realm from the creatures of the night – is all that stands between the world and its end.
Now imprisoned by the very monsters he vowed to destroy, the last silversaint is forced to tell his story. A story of legendary battles and forbidden love, of faith lost and friendships won, of the Wars of the Blood and the Forever King and the quest for humanity’s last remaining hope: The Holy Grail.

Le scénario proposé ici a tout pour surprendre. L’univers est fantasy, c’est certain, mais on y trouve tous les éléments de l’urban-fantasy avec des vampires et des chasseurs de vampires. Mais l’auteur ne va pas se contenter de nous répondre les poncifs de ces deux genres, il nous invite à découvrir un récit entièrement neuf, des monstres étonnants, des personnages crédibles à souhait. L’histoire qui nous est contée ici tient à la fois du récit initiatique mais également de la quête impossible. L’alternance au cœur de la narration des aventures de Gabriel jeune alternant avec sa version plus âgée tout en conservant les interventions bienvenues du présent. Cela paraît, quand je l’explique comme cela, complexifier la timeline mais fait absolument pas. Au contraire cela apporte une fraîcheur car ce roman de 736 pages est tout de même un énorme pavé. On y découvre la jeunesse de Gabriel, avec les aléas que cela entraîne et toutes les conséquences sur son présent. Jay Kristoff nous propose également de plonger au cœur de la quête du Graal alors qu’il est désabusé par la vie. Et enfin nous découvrons ce qu’il est aujourd’hui, prisonnier des vampires égrenant son histoire en échange d’alcool et de sanctum à fumer. Trois récits, un seul personnage principal, une aventure tout simplement hors normes. A aucun moment de l’histoire je ne me suis ennuyé, l’alternance narrative permet un renouvellement constant de l’intérêt pour l’histoire. L’ensemble est truffé d’excellentes idées comme les tatouages des Silversaints… Une masse de choses à découvrir impressionnante et prenante à chaque page démontrant l’inventivité de l’auteur !

Le roman est parsemé d’une magnifique série d’illustrations réalisées par Ben Orthwick, dépeignant certains personnages ou scènes du roman. Ce boulot est absolument magnifique et Barnes & Noble a même sorti une version exclusive avec les mêmes illustrations mais colorisées. Un travail sublime qui vient donner vie à l’ensemble du roman sous les yeux du lecteur. Excellente idée de la part de l’éditeur et de l’auteur que ces magnifiques dessins.

La galerie de personnage est également parfaite. Gabriel est d’une profondeur impressionnante, mais chacun des autres protagonistes également. Qu’il s’agisse d’Astrid, de Dior, Aaron, Greyhand, ou bien de tous les autres, ils ont leur place à chacune des étapes du récit. Ils soutiennent autant qu’ils donnent de l’épaisseur au héros. Chacun est parfaitement décrit, possède sa propre psychologie et ses désirs. Aucun n’est purement manichéen et c’est un plaisir de les découvrir. L’auteur nous réserve, sur chacun d’eux, une tripotée de surprises d’ailleurs.

Empire of the Vampire est un roman sombre, prenant, un petit bijou de ténèbres vampiriques. Les libraires anglo-saxons ont régulièrement commis l’erreur de classer ce roman en young adult du fait de la bibliographie de Jay Kristoff, mais la violence et la profondeur de l’ensemble en fait un roman pour adulte. Très bientôt les lecteurs français vont pouvoir s’arracher ce livre puisque les éditions De Saxus ont annoncé qu’il sortirait au cours de l’année. Une excellente nouvelle, très probablement en deux tomes d’ailleurs vu son épaisseur. J’espère que nous aurons l’occasion de vous en reparler sur eMaginarock ! En tous cas amis lisant l’anglais et amateurs de fantasy, n’hésitez pas une seconde et jetez-vous sur ce roman, vous ne le regretterez pas une seule seconde !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.